13/06/2021 18:29
"Il faut mettre en place un plan de soutien aux entreprises au moment opportun. On ne doit pas attendre la fin de l'épidémie pour épauler les entreprises en situation de fragilité. Nous devons éviter les faillites" , a déclaré Nguyên Thành Phong, président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville.
>>L'entreprise familiale optimiste quant à sa croissance
>>Aide financière à deux entreprises pour recruter parmi les minorités ethniques

Des entreprises rencontrent de grandes difficultés dues à l'épidémie de COVID-19.

C'est la direction importante qu’a emprunté Nguyên Thành Phong, lors d’une séance de travail entre les dirigeants de la ville et les entreprises touchées par l'épidémie de COVID-19, sur le sujet "Hô Chi Minh-Ville accompagne les entreprises pour atteindre un double objectif", tenue le 10 juin.

Selon les données du Service municipal du travail, des invalides de guerre et des affaires sociales, depuis le début de l'année, 1.365 entreprises ont signalé des difficultés dues à l'épidémie de COVID-19 et plus de 42.500 salariés ont perdu leur emploi ou été contraints d’arrêter de travailler. En outre, 410 entreprises ont besoin d'emprunter du capital pour payer les salaires. 2.274 entreprises sont en liquidation judiciaire (en hausse de 4,99% par rapport à la même période) ; 9.308 entreprises ont temporairement suspendu leurs activités (en hausse de 22,99% par rapport à la même période).

Déploiement rapide du soutien

Chu Tiên Dung, président de l'Association des entreprises de Hô Chi Minh-Ville (AEHCM) explique que l’enquête rapide en ligne auprès de plus de 100 entreprises a montré que plus de 84% des petites et moyennes entreprises sont en crise en raison de cette 4e vague épidémique. Parmi elles, 40% manquent de capital, 80% ont des débouchés réduits, 52% ont dû réduire leurs effectifs, 14% ne peut assurer les chaînes d'approvisionnement et 50% ont leurs activités commerciales entravées en raison des mesures d'isolement social.

Selon lui, bien que certaines entreprises des industries clés aient rapidement pu reconnecter avec leur source d’approvisionnement en matières premières et ajuster leurs opérations pour s'adapter aux conditions actuelles et à la capacité de consommation des produits, elles n’ont cependant pas réussi à éliminer certaines difficultés. La plus grande pression à l'heure actuelle est le manque de capitaux et l'augmentation imprévisible des prix des matières premières. De nombreuses entreprises souhaitent se restructurer, changer leur production, appliquer les nouvelles technologies, faire leur transition numérique pour promouvoir les achats en ligne, etc., mais sont bloquées par le manque de liquidités.

Par conséquent, la communauté d'affaires de la ville propose de déployer rapidement les soutiens gouvernementaux émis en vertu du décret 52/2021/ND-CP, ainsi que les programmes d'aide à la sécurité sociale adoptés par le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales. Il est nécessaire de régler le problème des procédures d’accès aux aides comme lors des trois vagues de crise précédentes.

Les banques envisagent d'assouplir les conditions de gel et de rééchelonnement de la dette, d'abaisser les taux d'intérêt des dettes anciennes et de créer de nouveaux prêts à taux d'intérêt préférentiels plus bas pour aider les entreprises à relancer leur production. Il faut encourager les banques à proposer des prêts non garantis à un certain nombre d'industries ainsi que des prêts pour l'investissement dans l'infrastructure et les équipements médicaux, la recherche sur les vaccins et les installations de traitement.

Les entreprises et leurs employés recevront le soutien de Hô Chi Minh-Ville.

Le gouvernement doit également apporter un soutien spécifique pour les entreprises qui sont gravement touchées et qui ont dû arrêter leur production et leurs activités telles que les industries du tourisme et des services.

À Hô Chi Minh-Ville, le plan de soutien vise à améliorer l'environnement d'investissement afin que des entreprises bénéficient d’une réduction des facteurs de coûts de production tels que l'électricité, les coûts de transport, les frais d’expédition.  

Les politiques doivent soutenir les entreprises qui doivent organiser des l’hébergement temporaire de leurs travailleurs afin de maintenir la production dans le respect des règles d'isolement social et prendre en charge les coûts de formation professionnelle pour les travailleurs qui sont contraints de changer d'emploi.

"L'épidémie de COVID-19 a provoqué la rupture de nombreuses chaînes d'approvisionnement. En effet, sur 4 entreprises fournissant des films plastiques à la société Tan Quang Minh, 3 ont temporairement suspendu leurs activités. L’entreprise productrice de produits essentiels participe à la stabilisation du marché et ne peut donc pas augmenter le prix de vente de ses produits actuellement", a déclaré Nguyên Dang Hiên, directeur général de la société Tan Quang Minh. 

En outre, le transport de marchandises entre Hô Chi Minh-Ville et d'autres provinces est difficile. Actuellement, pour se rendre dans certaines provinces, les chauffeurs de véhicules immatriculés à Hô Chi Minh-Ville doivent disposer d’un certificat de test négatif du COVID-19 de moins de 72 heures et de 24 heures pour les véhicules à destination de la province d'An Giang.

Selon Nguyên Dang Hiên, les entreprises alimentaires sont chargées de fournir des biens et de la nourriture aux habitants de toute la ville et de nombreuses autres localités. Le comité populaire de la ville doit donc placer des points de contrôle de l’épidémie afin de créer des conditions plus favorables aux activités de production et de distribution du groupe. Parallèlement, il est recommandé au Comité populaire de la Hô Chi Minh-Ville de consulter les localités sur l'application des mesures appropriées de prévention des épidémies pour éviter une situation de "blocage du fleuve et du marché", qui affecte fortement la circulation des marchandises.

Des prêts à taux d'intérêt de 0%

Nguyên Quôc Ky, président du conseil d'administration de Vietravel, a soulevé la question de la main d’œuvre. Après ces vagues d’épidémies, des dizaines de milliers de travailleurs ont dû quitter leur emploi car les entreprises n'ont pas assez de revenus pour payer les salaires, tandis que les programmes de soutien du gouvernement sont difficiles d'accès et les taux d'intérêt sont très élevés. Les entreprises de l'industrie du tourisme, en particulier les entreprises de voyages, n'ont pas beaucoup de biens immobiliers à hypothéquer, elles ne peuvent donc accéder à aucun forfait de soutien. Par conséquent, il est nécessaire de mener une politique de soutien distincte pour les entreprises et les salariés de l'industrie du tourisme parce que le tourisme a la capacité de relancer rapidement l’économie et de contribuer au budget de la ville dès la fin de l’épidémie.

De plus, la ville doit trouver des solutions pour maintenir les services touristiques internes tels que les rues piétonnes et les zones commerçantes pour relancer au plus tôt l'industrie touristique.

Concernant la réduction des impôts, Nguyên Quôc Ky a proposé de réduire l'impôt sur le revenu de 10% à 5% et de proposer des prêts aux entreprises à taux d'intérêt de 0% pour soutenir leurs activités de production. Pour les entreprises d'hébergement qui louent des actifs de l'État, elles doivent être soutenues par une exonération ou une réduction de la taxe foncière pendant la période de fermeture.

Le chef du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville a déclaré que les questions et les propositions des entrepreneurs seront recueillies pour élaborer des plans rigoureux pour le déploiement efficace des prochains soutiens envers  les entreprises en difficulté.

Les problèmes dépassant les compétences de la ville seront quant à eux pris en compte et soumis au plus tôt aux ministères et gouvernement concernés afin de trouver les solutions qui permettront aux entreprises de recevoir le soutien dont elles ont besoin.
 
Texte et photos : Quang Châu/CVN
 
* Article publié dans le cadre la mise en œuvre de l'arrêté gouvernemental  N°84 daté du 29 mai 2020 sur les mesures à remédier aux difficultés dans la production et les affaires commerciales, à doper le déblocage des investissements publics et à assurer la sécurité sociale dans le contexte de la pandémie de COVID-19.
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le bánh chưng gù, une spécialité des Tày dans le district de Van Bàn

L'île de Phu Quôc accueillera-t-elle des visiteurs étrangers à partir d'octobre ? Le secteur touristique consulte actuellement ministères et services concernés à propos du processus et plan pilote pour l'accueil des voyageurs internationaux sur l'île de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), pendant six mois, à partir d'octobre prochain.