23/11/2021 23:01
Le projet ISEE-COVID "Tirer parti de l'écosystème commercial vietnamien à impact social en réponse au COVID-19" a été lancé le 22 novembre à Hanoï.
>>Le Vietnam et le Canada boostent la coopération dans l'éducation
>>Vietnam et Canada promeuvent leur coopération dans la réponse au COVID-19
>>Le gouvernement canadien continuera de donner la priorité aux relations avec le Vietnam

La cérémonie de lancement du projet ISEE-COVID "Tirer parti de l'écosystème commercial vietnamien à impact social en réponse au COVID-19", le 22 novembre. 


ISEE-COVID est un projet visant à renforcer la résilience des entreprises à impact social et à contribuer à réduire l'impact du COVID-19 sur les groupes vulnérables, en particulier les femmes et les filles. Lancé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le ministère vietnamien du Plan et de l'Investissement (MPI) et l'ambassade du Canada au Viet Nam, celui-ci sera mis en œuvre durant trois ans avec un budget total de 3,1 millions de dollars canadiens (environ 2,4 millions d'USD) principalement financé par Affaires Mondiales Canada et certains fonds analogues du PNUD et du gouvernement vietnamien. 

Les entreprises à impact social sont des organisations qui ont des activités commerciales tout en s’engageant à avoir un impact positif sur la société/l'environnement en tant que principes centraux de leurs opérations stratégiques. Concilier les objectifs sociaux et environnementaux avec un modèle commercial leur permet de résoudre durablement les défis sociaux et environnementaux. 

Des exemples de sociétés à impact social sont les entreprises sociales, les start-ups à impact social, les entreprises inclusives et les coopératives dont la plupart des membres sont des personnes vulnérables. Une étude du PNUD en collaboration avec l’Université nationale d’économie et l'Université de Northampton montre que 99% des sociétés à impact social emploient du personnel féminin, tandis que 74% de leur personnel est constitué de personnes issues de groupes marginalisés. Une société à impact social typique est de petite taille en termes de personnel et de revenus et 41% des personnes dirigeant ces sociétés sont des femmes. 

Le projet appliquera une approche écosystémique pour relever les défis interconnectés et systémiques auxquels les sociétés à impact social sont confrontées. Cela améliorera leurs capacités propres, renforcera les capacités et la coordination entre les intermédiaires et les sociétés à impact social et renforcera les capacités d'élaboration de politiques du gouvernement favorisant ces sociétés. 

L'ambassadeur du Canada, Paul Deborah, a déclaré dans son allocution d'ouverture que les entreprises à impact social sont extrêmement précieuses pour les communautés vulnérables du Viet Nam en réponse à la COVID-19 et contribuent au développement économique durable et inclusif. "En partenariat avec le PNUD au Viet Nam et le ministère du Plan et de l'Investissement, notre ambition commune est d'améliorer l'efficacité des sociétés à impact social, en particulier de celles dirigés par des femmes, comme moyen de faire face aux impacts sociaux et liés au genre de la COVID-19 ainsi que de renforcer l’environnement réglementaire de ces sociétés afin d'améliorer leurs contributions sociales et environnementales dans les communautés qu'elles desservent" a dit-t-elle. 

Quatre secteurs soulignés

Le projet accorde la priorité aux sociétés à impact social dans quatre secteurs clés fortement touchés par la COVID-19 : l'agriculture durable, le tourisme durable, l'éducation et la santé. Ce sont également des secteurs avec une main-d'œuvre féminine importante et de nombreuses sociétés à impact social proposent des solutions innovantes dédiées à la réduction du taux de pauvreté chez les femmes et les filles. 


De gauche à droite : l'ambassadrice du Canada au Vietnam, Paul Deborah, le vice-ministre vietnamien du Plan et de l'Investissement, Trân Duy Dông, et la représentante résidente du PNUD au Vietnam, Caitlin Wiesen, à la cérémonie de lancement du projet ISEE-COVID


Lors du lancement du projet, Trân Duy Dông, vice-ministre vietnamien du Plan et de l'Investissement, a déclaré qu'avec l'engagement de toujours être à la pointe de l'innovation et de la réforme, et en même temps, d'assurer un travail de protection sociale efficace pour ne laisser personne de côté, le ministère du Plan et de l'Investissement a mis en œuvre de nombreux programmes et activités pratiques pour soutenir les groupes vulnérables, telles que le programme "Pour le développement communautaire", l'initiative "La canne blanche pour les aveugles au Vietnam", et a parrainé un certain nombre de groupes vulnérables, y compris des entreprises à impact social telles que KymViet, Vun Art, la coopérative Tam Ngoc, etc.

Selon lui, le ministère du Plan et de l'Investissement apprécie grandement le partenariat et le soutien du gouvernement du Canada et du PNUD dans le lancement du projet "Tirer parti de l'écosystème commercial vietnamien à impact social en réponse au COVID-19". "Nous nous attendons à ce que ce projet contribue à améliorer la capacité des sociétés à impact social, aidant ainsi les groupes vulnérables, notamment les femmes, les personnes handicapées et les minorités ethniques; à ce qu’il renforce les capacités et renforce la coordination entre les intermédiaires pour soutenir les entreprises à impact social et à ce qu’il renforce la capacité des agences d'État dans la formulation et la mise en œuvre des politiques, créant ainsi des conditions favorables pour le développement d'entreprises à impact social", a partagé le dirigeant vietnamien. 


Le nouveau projet devrait soutenir 300 sociétés à impact social avec un financement pour le démarrage et un accès au marché, créant ainsi potentiellement 9.000 emplois pour les personnes vulnérables. En particulier, 90 sociétés à impact social bénéficieront d'une augmentation de leurs revenus et élaboreront des plans pour faire face au COVID-19 et aux chocs futurs. E outre, 105 posséderont des plans d'affaires qui intègrent le genre et/ou l'environnement et le changement climatique. 

Dans le même temps, au moins quatre politiques sensibles au genre devraient être élaborées ou révisées. Un réseau d'entreprises à impact social d'au moins 100 membres devrait être créé. Ce réseau devrait soutenir un projet pilote de mesure et de gestion de l'impact pour 5 à 10 sociétés à impact social. 

La représentante résidente du PNUD, Caitlin Wiesen, a souligné le caractère opportun du projet pour aider les groupes vulnérables et les entreprises à surmonter les impacts prolongés et dommageables de la pandémie de COVID-19. Elle a souligné le rôle crucial du secteur privé en général, et des entreprises à impact social en particulier, dans le redressement et la construction de l'avenir. "Je crois fermement que la vision d’un développement partagé, l'engagement d'un gouvernement favorable à l'innovation, combinés à la créativité et aux innovations des acteurs de l'écosystème commercial à impact social renforceront la résilience et accéléreront le développement des sociétés à impact social au Viet Nam", a-t-elle déclaré. Et d'ajouter qu'"Il est en outre essentiel de ne laisser personne de côté et d’atteindre les objectifs de développement durable".

Texte et photos : Phuong Mai/CVN

 


Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà préserve et développe l'artisanat traditionnel

Le printemps arrive chez les Xa Phang de Diên Biên Nous nous rendons aujourd’hui à Thèn Pa, un hameau rattaché à la commune de Sa Lông, dans la province septentrionale de Diên Biên, pour découvrir la façon dont les Xa Phang célèbrent le Têt.