15/04/2020 09:41
Appelant les Américains à se rassembler dans un "grand sursaut" pour battre Donald Trump, Barack Obama a annoncé mardi 14 avril son soutien à Joe Biden, capable selon lui de les guider à travers certaines de leurs "heures les plus sombres", en pleine pandémie de coronavirus.
>>Sanders s'incline, Biden prêt à affronter Trump en novembre
>>Trump évoque un échange "amical" avec Biden sur le coronavirus

Barack Obama dans sa vidéo d'annonce de son soutien à Joe Biden dans la présidentielle américaine, le 14 avril. Photo : AFP/VNA/CVN

Poids lourd chez les démocrates, encore très populaire, Barack Obama, le premier président noir des États-Unis, entre ainsi en plein dans la campagne pour aider son ancien vice-président, qui doit absolument rassembler le parti s'il veut battre le républicain lors de la présidentielle du 3 novembre.

"Joe a le tempérament et l'expérience pour nous guider à travers certaines de nos heures les plus sombres", a déclaré Barack Obama dans une vidéo. "Et c'est pour cela que je suis fier" de le soutenir.

"En cette heure, nous avons besoin que les Américains de bonne volonté s'unissent dans un grand sursaut contre une politique qui a trop souvent été définie par la corruption, la négligence, l'intérêt personnel, la désinformation, l'ignorance et de la pure méchanceté", a-t-il asséné, après plus de trois ans de présidence de Donald Trump.

"Barack, ce soutien veut tout dire pour Jill et moi", a répondu Joe Biden, 77 ans, en évoquant son épouse.

Pour "rassembler" les États-Unis, le septuagénaire a promis de suivre l'exemple de Barack Obama, qui avait su attirer une coalition assez large d'électeurs -ouvriers, jeunes issus des minorités, femmes, indépendants... - pour décrocher deux mandats.

La popularité et le charisme de Barack Obama seront précieux pour un Joe Biden qui, s'il a remporté rapidement, et largement, la primaire, n'a toutefois pas fait taire les doutes sur sa forme ou sa capacité à attirer l'aile la plus progressiste du parti.

"Notre avenir" en dépend 

Dans sa longue vidéo de 12 minutes, Barack Obama évoque la douleur des familles endeuillées par le nouveau coronavirus avant d'affirmer que choisir Joe Biden, dont il est devenu un "ami proche", comme vice-président entre 2009 et 2017 "a été l'une des meilleures décisions" de sa vie.

"C'est quelqu'un à qui la vie a appris la persévérance, comment rebondir après avoir été laissé K.O", poursuit-il, en référence aux tragédies familiales qui ont bouleversé Joe Biden.

Barack Obama (droite), alors président des États-Unis, et son vice-président Joe Biden lors d'une cérémonie à la Maison Blanche, le 12 janvier 2017.
Photo : AFP/VNA/CVN

Tandis que la pandémie endeuille les États-Unis, le monde, et ravage l'économie, Barack Obama met en avant l'expérience de Joe Biden à la Maison Blanche face à la grande crise financière de 2007/2008. Et son aide lors de crises sanitaires, qui a permis notamment, affirme-t-il d'empêcher que "l'épidémie d'Ebola se convertisse en une pandémie comme celle que nous voyons aujourd'hui".

Sans jamais nommer son successeur, Barack Obama critique les républicains et une Maison Blanche seulement "intéressée par le pouvoir", au détriment des Américains ou de la lutte contre le changement climatique.

Joe Biden, lui, saura s'entourer d'une équipe compétente et "travailler avec (les) alliés" des États-Unis, assure-t-il.

"Notre avenir dépend donc de cette élection", lance Barack Obama, tout en soulignant que la victoire ne sera "pas facile" alors que les républicains ont déjà levé des millions d'USD pour la campagne de réélection de Donald Trump.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Revivre les jeux de miniatures à Hô Chi Minh-Ville

Binh Liêu, écrin de nature dans la province de Quang Ninh Quand on évoque Quang Ninh, on pense généralement à la baie de Ha Long, à l’île de Cô Tô ou à la montagne de Yên Tu. Rares sont ceux qui connaissent Binh Liêu, une terre encore vierge et peu connue des touristes.