18/03/2019 23:29
Née il y a 50 ans sur la Côte d'Azur en France, la technopole de Sophia Antipolis frôle aujourd'hui les 40.000 emplois et en attire toujours plus, même si elle n'est jamais devenue le "Quartier Latin des champs" rêvé par ses concepteurs.
>>La startup de messagerie cryptée Symphony a levé 67 millions de dollars

Une vue de la technolopole Sophia Antipolis sur la Côte d'Azur française, le 13 mars. Photo: AFP/VNA/CVN

Bâtie ex nihilo au milieu d'une garrigue sans route, ni eau, ni électricité, où l'on chassait le perdreau et la grive, la technopole se présente comme une succession de petits immeubles d'allure impersonnelle, au milieu d'une pinède parcourue de joggeurs et fléchée de pancartes parfois en anglais. Rares sont les réalisations architecturales marquantes.

Mais le plus important ne se voit pas: la matière grise et les brevets déposés. Le salarié type de Sophia Antipolis a une formation supérieure, des collègues étrangers (60 nationalités sont représentées) et il travaille 15% de plus qu'à Paris car il peut partir en week-end plus vite, affirme le syndicat mixte Symisa qui supervise les mètres carrés disponibles.

À Sophia Antipolis, les tailles d'entreprises sont variées, du numéro un mondial de la réservation de voyage Amadeus aux petites start-ups.

Les laboratoires sont privés ou publics, comme l'Inria, l'Institut national de recherche dédié aux sciences du numérique, dont certains chercheurs ont participé à la création du web.

La technopole brasse aujourd'hui 5,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel.

En un demi-siècle, elle s'est construite avec des hauts et des bas, mais engrange 1.000 créations nettes d'emplois par an depuis cinq ans. "On a plus un problème de gestion de croissance" que l'inverse, assure le maire d'Antibes, Jean Leonetti, du parti Les Républicains.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.