01/06/2017 23:21
La SNCF et les syndicats de cheminots ont commencé jeudi 1er juin à évoquer la problématique des risques psychosociaux dans le groupe public ferroviaire après une série de suicides, qui avait conduit en avril les syndicats à tirer ensemble l'alarme.
>>Opération séduction de la SNCF pour redorer le blason des TGV

Une employée de la SNCF passe devant une rame Intercités à la Gare de l'Est à Paris, le 6 avril. Photo : AFP/VNA/CVN

En réponse à la demande de "table ronde" des syndicats, la direction a proposé d'évoquer la question au CNHSCT (Comité national d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail), prévu toute la journée.

Mi-avril, les quatre syndicats représentatifs au niveau du groupe (CGT, Unsa, Sud et CFDT) avaient ensemble pointé un "nombre exceptionnel de drames", accidents graves du travail ou suicides, au premier trimestre.

Ils mettaient notamment en cause "l'organisation de la production, les moyens, les objectifs et une ambiance favorisant la répression et les pressions managériales". Et demandaient notamment "l'arrêt des restructurations" et "la création d'une instance d'examen de tous les cas de souffrance au travail".

Le groupe, qui refuse de communiquer sur le nombre de suicides, a récemment affirmé ne "pas constater de situation aggravée par rapport aux années précédentes" et se situer dans la moyenne d'autres entreprises de taille comparable. Pour autant, la SNCF souhaite aborder la question avec "humilité" et "volontarisme", explique-t-elle.

À l'occasion de cette réunion, la SNCF pourrait faire des propositions visant à compléter le dispositif de soutien et de prévention existant (réseau de médecins, assistance 24h/24 par des psychologues, formation spéciale des managers, etc.) et l'accompagnement des réorganisations.

AFP/VNA/CN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.