09/01/2021 22:55
Depuis son improbable titre olympique en super-G en 2018, la Tchèque Ester Ledecka a progressé de façon constante pour se placer parmi les meilleures skieuses du monde des disciplines de vitesse, avant l'étape de Sankt Anton, en Autriche, ce week-end.
>>Les stations de ski mobilisées pour sauver les vacances de février
>>Ski alpin : Mayer complète sa collection à Bormio
>>Le Slovène Martin Cater crée la surprise, Clarey 5e de la descente à Val d'Isère

Ester Ledecka fête sa victoire sans le super-G de Val d’Isère, le 20 décembre 2020. Photo : AFP/VNA/CVN

En lice samedi 9 janvier en descente et dimanche 10 janvier en super-G, Ledecka, meilleur temps du 2e entraînement vendredi 8 janvier, continue de jongler avec le snowboard alpin, un défi devenu une véritable galère en pleine pandémie de nouveau coronavirus.

En 2018 aux JO de Pyeongchang en Corée du Sud, elle avait réalisé à 22 ans un exploit impensable : deux médailles d'or, l'une en snowboard, l'autre en ski alpin, sur le super-G, alors qu'elle n'était jamais montée sur un podium de Coupe du monde de ski alpin !

Depuis, la Tchèque a mué et n'est plus une skieuse seulement capable de "coups" mais bien une favorite à chaque départ.

Elle a remporté en décembre 2019 sa première victoire en Coupe du monde sur la descente de Lake Louise (Canada), avant de valider trois autres podiums en descente, en combiné, et enfin en super-G avec un succès à Val d'Isère il y a trois semaines.

Sa nouvelle régularité l'a porté l'hiver dernier jusqu'à la 2e place du classement mondial en descente et à la 10e place du général.

"La régularité, c'est ça mon objectif, explique-t-elle à l'AFP. J'avance pas à pas. Les Jeux olympiques sont arrivés très tôt, c'était génial, mais regardez mes résultats depuis en Coupe du monde, je suis montée progressivement, top-30, top-20 jusqu'à l'hiver dernier où je suis peu sortie du top-10 en descente (trois fois en huit courses)".

En plus de la vitesse, Ledecka s'est aussi montrée à l'aise en géant en début de saison à Sölden en Autriche (20e) pour y marquer ses premiers points. De quoi rêver un jour du gros globe de cristal?

"J'ai de l'ambition, mais ça ce sera sur le long terme. Je ne pense pas que ce soit réalisable en participant à deux sports. Je reste bien meilleure au classement général du snowboard que du ski !", tempére-t-elle.

"Improvisation pure

La Tchèque Ester Ledecka sur la piste de la seconde descente d'entraînement à Sankt Anton, en Autriche, le 8 janvier 2021. Photo : AFP/VNA/CVN

La Tchèque continue en effet de jongler avec réussite entre ses deux sports. En snowboard alpin, discipline en légère désuétude à la concurrence moindre, la quadruple vainqueure du globe (de 2016 à 2019) reste au top quasiment à chaque fois qu'elle fait le déplacement.

Elle a ainsi dominé la première course de la saison à Cortina d'Ampezzo (Italie), avant de faire l'impasse sur Carezza (Italie) en décembre, puis sur Scuol (Suisse) ce week-end, faute de pouvoir se dédoubler.

Alors que plusieurs étapes de snowboard ont déjà été annulées, la pandémie de nouveau coronavirus complique encore la tâche de cette touche-à-tout, encore plus dépendante des déplacements que ses concurrentes.

"Cette saison, c'est de l'improvisation pure, j'ai un plan de base mais je l'ajuste sans cesse".

"STR", comme elle l'écrit sur les vêtements de son équipe privée, avait pour grand objectif de briller aux Championnats du monde de ses deux sports cet hiver. Mais les Mondiaux de snowboard, prévus en Chine, ont été annulés, en attendant de savoir si un autre pays peut reprendre certaines épreuves.

Elle sera de toute façon au grand rendez-vous de l'année en ski alpin à Cortina d'Ampezzo du 8 au 21 février. Et personne ne serait surpris qu'elle reparte avec une médaille.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre