26/11/2021 22:07
Après avoir fait l'impasse l'an dernier à cause du COVID-19, la Coupe du monde de ski alpin fait son retour en Amérique du Nord et en premier lieu à Lake Louise (Canada) pour deux descentes et un super-G hommes de vendredi 26 à dimanche 28 novembre.
>>Ski alpin : le parallèle de Lech/Zürs boudé par nombreuses têtes d'affiche
>>Ski alpin : Pinturault contre les "Marco", les principaux favoris pour le gros globe

Le Français Johan Clarey, lors du 2e entraînement de la descente de Lake Louise (Canada), le 24 novembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

La plupart des spécialistes de vitesse, hommes et femmes, ont pu profiter de plusieurs semaines de stage à Copper Mountain (États-Unis), notamment les Français, marqués par l'accident de leur coéquipier Adrien Théaux le 15 novembre (fracture du coude gauche, du tibia droit et de la cheville droite suite à une chute).

Adrien Théaux a été opéré aux États-Unis puis rapatrié en France cette semaine, "le temps est à la reconstruction", a indiqué le skieur de 37 ans sur ses réseaux sociaux.

"J'ai super mal vécu son accident, a expliqué le leader des Bleus Johan Clarey, ça a été une journée très dure. Au départ on ne savait pas l'étendue des dégâts, ça m'a rappelé David Poisson (décédé lors d'un accident de ski au Canada en 2017), je me suis retrouvé dans le même état."

"Il a fallu vite retourner là où il était tombé pour s'entraîner, ne pas gamberger, mais ça m'a pris quelques jours pour m'en remettre", assure-t-il.

Quatrième mondial en descente l'hiver dernier, monté sur le podium de la mythique course de Kitzbühel (2e), Clarey aborde à 40 ans la saison "avec pas mal d'ambitions".

"Je mets beaucoup de motivation pour monter plus régulièrement sur les podiums. Cet été j'ai fait attention à mieux cibler ma préparation physique, pour m'éviter des douleurs aux genoux et au dos".

"À 80% je dirais que c'est ma dernière saison, mais je ne suis pas sûr, je préfère ne pas penser à cela", a-t-il conclu.

Lake Louise marque le retour à la compétition du Norvégien Aleksander Aamodt Kilde après sa rupture d'un ligament croisé du genou droit en janvier.

Le vainqueur du classement général en 2020 a largement dominé le deuxième entraînement officiel disputé mercredi 22 novembre. Jeudi 25 novembre, le 3e entraînement a été annulé pour préserver la piste, alors que les skieurs font face depuis quelques jours à des précipitations et à un vent très irrégulier.

Tenant du titre du gros globe, Alexis Pinturault a ciblé le super-G de dimanche 28 novembre mais envisage de prendre le départ d'une des deux descentes, après avoir pris part aux entraînements.

Parmi les favoris pour la saison de vitesse, le Suisse Beat Feuz, quadruple tenant du titre du petit globe de descente, reste incontournable.

"Jusqu'ici tout va bien, le genou s'est à nouveau stabilisé. J'ai commencé la préparation de la saison un peu plus tard (environ un mois de pause forcée au printemps), mais je me suis vite rattrapé. L'expérience aide à gérer la situation avec sérénité. Les succès me donnent une certaine décontraction", a expliqué le génial descendeur, deux victoires la saison dernière, à la Radio télévision suisse (RTS).

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les "patients" particuliers de l'enseignante de 89 ans

Buôn Ma Thuôt, une ville écologique, moderne et riche en identité culturelle  Après la guerre, Buôn Ma Thuôt était un véritable champ de ruines. Mais en quelques décennies, la ville a réussi à renaître de ses cendres et développer son urbanisation. La verdure qui est omniprésente sur place apporte une véritable plus-value au bien-être des habitants.