03/03/2020 11:35
Un coup de maître : en trois courses sur sa piste préférée à Hinterstoder (Autriche), Alexis Pinturault s'est imposé à deux reprises, remportant le slalom géant lundi 2 mars au lendemain du combiné, et a repris la tête de la Coupe du monde de ski alpin, à l'entame du sprint final.
>>Ski alpin : Pinturault gagne à Garmisch et rebondit en géant
>>Ski alpin : Noël reprend ses bonnes habitudes à Zagreb, Pinturault limite la casse

Le Français Alexis Pinturault après sa victoire dans le slalom géant d'Hinterstoder, en Autriche, le 2 mars. Photo : AFP/VNA/CVN

Après le passage de la neige en milieu de semaine dernière qui a blanchi les alentours, le Stodertal, région hôte du grand cirque blanc depuis vendredi 28 février, a progressivement retrouvé lundi 2 mars ses paysages un peu verdoyant, bercé par les températures printanières de retour en Haute-Autriche.

En revanche, après le passage d'Alexis Pinturault sur la piste Hannes-Trinkl qu'il affectionne tant, le paysage de la Coupe du monde de ski alpin masculine s'en retrouve totalement bouleversé, après 250 points inscrits sur 300 possibles.

À huit courses du terme de la saison, c'est désormais Alexis Pinturault qui trône tout en haut du classement général, alors qu'il abordait cette étape primordiale dans son hiver avec la pression, en retard de 124 points sur le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde après un slalom géant à Naeba (Japon) manqué il y a dix jours.

Alors qu'il faut remonter à 1997 pour trouver trace du dernier Français (Luc Alphand) à avoir brandi le gros globe de cristal, Pinturault compte désormais 26 points d'avance sur Kilde, une nouvelle fois épatant en géant lundi, sixième dans une discipline qu'il skie de mieux en mieux.

Le Norvégien Henrik Kristoffersen, troisième homme de cette lutte pour succéder à Marcel Hirscher, octuple tenant du globe de N°1 mondial mais retraité des pistes depuis septembre 2019, n'a pu faire que troisième du géant, handicapé par une première manche totalement ratée.

Au général, il marque le coup avec désormais 107 points de retard sur Pinturault, alors qu'il reste un nombre identique de courses à disputer aux deux skieurs d'ici le terme de la saison.

Cote d'amour en Autriche 

Lundi 2 mars, le skieur de Courchevel a pu vérifier sa cote d'amour auprès d'un public autrichien qui a commencé à l'apprécier depuis quelques saisons, notamment lorsqu'il s'est mis à parler allemand, acclamé au moment de franchir la ligne d'arrivée autant que lors de ses quelques mots au public présent.

Pourtant, les conditions météorologiques n'étaient pas favorables, avec un redoux nettement sensible et une neige un peu moins compacte pour la seconde manche du slalom géant.

Mais "Pintu" avait fait sa part du travail et la différence en "découpant" la première manche en matinée. Parti avec le dossard N°3, il avait relégué Kristoffersen à près d'une seconde et demie, un matelas confortable réduit seulement de moitié par le Norvégien.

"Je pense qu'à l'image des autres jours, il était important de faire une bonne première manche, parce que le terrain s'était fortement dégradé. J'ai vu en seconde manche que c'était un vrai combat dans ce mur. J'étais obligé de skier à fond, sinon on peut se faire sortir à tout moment dans ces conditions", a indiqué le grand gagnant du week-end autrichien.

Avec sa 29e victoire en Coupe du monde, Pinturault se relance également pour terminer la saison en tête du classement de slalom géant, revenant à six points de Kristoffersen, un petit globe trusté par les deux références absolues de la discipline depuis 2009 : Hirscher et l'Américain Ted Ligety.

Au programme de la Coupe du monde, il reste huit courses : deux descentes que seul Kilde disputera, deux slaloms uniquement courus par Pinturault et Kristoffersen, ainsi que deux super-G et deux géants qui feront la différence pour l'attribution du gros globe.

Incertain en raison du faible temps de repos entre la fin de l'étape autrichienne (lundi 2 mars) et le premier entraînement de descente (jeudi 5 mars), Pinturault a finalement décidé de faire le déplacement en Norvège, pour le super-G de dimanche 8 mars. De son côté, Kristoffersen a indiqué qu'il ne s'y rendrait pas.

La Fédération internationale de ski (FIS) décidera vendredi 6 mars si elle maintient les finales (quatre courses), à Cortina d'Ampezzo, en Vénétie, troisième région italienne la plus touchées par l'épidémie.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le Vietnam sera le premier candidat à la Lorsque les pays lèveront la fermeture de leurs frontières, le Vietnam sera le premier candidat à la "bulle touristique" internationale grâce à son succès dans le contrôle de l’épidémie.