01/09/2020 11:21
Les États-Unis ont identifié lundi 31 août leur six millionième cas officiel de COVID-19, enregistrant un million de tests positifs dans les trois dernières semaines, mais si l'épidémie est sur la pente descendante, elle est encore loin d'être contenue comme en Océanie.
>>Les nouveaux cas au plus bas depuis deux mois en Australie
>>Près de 6 millions de cas de contamination aux États-Unis

Dans le métro new yorkais le 31 août.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les États-Unis enregistrent chaque jour un tiers de nouveaux cas en moins par rapport au pic de juillet, selon les chiffres de l'université Johns Hopkins, mais le virus circule encore beaucoup dans certaines régions et la réponse sanitaire reste fragmentée et inégale d'un État à un autre, tandis que la Maison Blanche cherche à limiter le nombre de tests pour minimiser l'épidémie.

New York reste une ville modèle pour le pays : après une première vague catastrophique au printemps, la métropole du Nord-Est affiche un taux de positivité de 1% et a enregistré un seul mort du coronavirus dimanche 30 août, sur plus d'un millier au niveau national. Le tournoi de l'US Open y a commencé lundi 31 août, mais à huis clos et avec des conditions sanitaires strictes pour les joueurs.

De nombreuses zones du Midwest et du Sud enregistrent à l'inverse une incidence encore élevée, en particulier l'Iowa ou l'Alabama, où un campus a enregistré plus d'un millier de cas depuis la rentrée universitaire.

Et le bilan américain, 183.000 morts, est appelé à dépasser les 200.000 au cours du mois de septembre, selon les modèles épidémiques.

Un agent sanitaire désinfecte ses gants après avoir effectué un prélèvement dans un centre de dépistage du coronavirus, le 30 août à Chennai, en Inde.
Photo : AFP/VNA/CVN

Au niveau mondial, la pandémie affiche un bilan officiel de plus de 25 millions de personnes contaminées, un chiffre certainement sous-estimé de plusieurs ordres de grandeur. C'est l'Inde qui enregistre désormais le plus de nouveaux cas par jour, devançant les États-Unis.

Mais quelques notes positives sont venues lundi 31 août d'Océanie.

L'Australie a ainsi recensé, pour la première fois en deux mois, moins de 100 nouveaux cas en une journée, contre plus de 700 au plus fort de la crise.

L'île-continent espère désormais un reflux durable de sa deuxième vague épidémique concentrée dans la région de Melbourne. Près de 26.000 cas ont été au total enregistrés en Australie, où 652 personnes sont mortes du coronavirus.

En Nouvelle-Zélande, les écoles d'Auckland ont rouvert leurs portes dans la matinée, alors que la plus grande ville du pays émergeait de près de trois semaines de confinement.

Les rassemblements de plus de dix personnes, en dehors des écoles, restent interdits et le port du masque est obligatoire dans les transports en commun, mais les autorités néo-zélandaises affichent leur confiance dans un reflux de la maladie.

"Nous avons un plan qui va fonctionner", a déclaré la Première ministre Jacinda Ardern. "Il faut que tout le monde le respecte".

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2020" couronné de succès

Le nombre de touristes étrangers au Vietnam diminue de 76,6% en onze mois Le nombre d'arrivées internationales au Vietnam en novembre a connu une augmentation de 19,6% par rapport à octobre mais a baissé de 99% en variation annuelle.