27/05/2020 16:00
Les Philippines n'autoriseront pas les élèves à retourner à l'école tant qu'un vaccin contre le coronavirus ne sera pas disponible, a déclaré le président Rodrigo Duterte dans un discours diffusé lundi soir 25 mai.
>>Singapour abaisse ses prévisions de croissance économique pour la troisième fois
>>Réouverture des centres commerciaux à Jakarta à partir du 5 juin

Prélever l'échantillon pour les testes du COVID-19 dans un hôpital de Kuala Lumpur, en Malaisie, le 23 mai.
Photo : Reuters/VNA/CVN

Aux Philippines, quelque 25 millions d'élèves du primaire et du secondaire devraient rentrer fin août après la fermeture des classes en mars, à titre préventif, pour contenir la propagation du COVID-19.

Le président Rodrigo Duterte a dit que le risque était trop grand. "Pour moi, le vaccin d'abord", a-t-il dit, ajoutant que si le vaccin était déjà là, il accepterait de rouvrir les écoles.

Bien que les chercheurs aient lancé un effort mondial sans précédent pour développer rapidement un vaccin, il n'est pas clair quand un vaccin viable sera conçu puis distribué à grande échelle.

Le ministère philippin de la Santé a signalé 13 décès et 350 nouveaux cas de COVID-19 mardi 26 mai, ce qui porte le nombre de pays à 14.669 cas confirmés et 886 décès.

Le 26 mai, le cabinet thaïlandais a approuvé la prorogation de l'état d'urgence jusqu'à  fin juin, comme proposé par le Conseil de sécurité nationale (NSC). Le pays a enregistré jusqu'à présent 3.045 cas  et 57 décès.

Une réunion présidée par le secrétaire général du Conseil de sécurité nationale, Somsak Rungsita, devrait être tenue le 27 mai pour discuter de la troisième phase de l'assouplissement des mesures de verrouillage ainsi que de la question de savoir si les heures de couvre-feu doivent être réduites de minuit à 04h00. La troisième phase des mesures d'assouplissement devrait démarrer à partir du 1er juin.

Des Singapouriens portent des masques de protection pour la lutte contre le nouveau coronavirus. Photo : todayonline.com/CVN

Le même jour, le Premier ministre malaisien Datuk Seri Ismail Sabri Yaakob a annoncé que la Malaisie expulserait tous les immigrants illégaux testés négatifs au COVID-19 vers leur pays d'origine.

Datuk Seri Ismail Sabri Yaakob a déclaré que les questions relatives au processus d'expulsion seront discutées prochainement par le ministère des Affaires étrangères et leurs homologues et ambassades des pays concernés.

Un total de 227 immigrants illégaux détenus dans trois dépôts d'immigration à Selangor et Kuala Lumpur  ont été testés positifs pour le coronavirus. Parmi eux 53 Bangladais, 41 Indiens et 38 Indonésiens.

En Indonésie, 415 personnes ont été testées positives mardi 26 mai, ce qui porte le bilan national à 23.165 cas, avec 1. 418 décès.

Mardie 26 mai, Singapour a annoncé un nouveau plan de relance économique d'une valeur de plusieurs milliards de dollars, pour atténuer les effets de la pandémie de COVID-19 sur les entreprises et les ménages du pays.

Singapour a dénombré 383 nouveaux cas mardi 26 mai, portant le total à 32.343.

Le même jour, le gouvernement cambodgien a décidé d'assouplir l'interdiction des activités sportives avant les évolutions positives  du COVID-19 dans ce pays.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Inauguration du premier service de bateau express de Cà Mau Le service de bateau express Cà Mau - Nam Du - Phu Quôc (Kiên Giang), intitulé "Phu Quôc Express", a été officiellement inauguré, mardi 7 juillet au bourg de Sông Dôc, district de Trân Van Thoi, province de Cà Mau à l'extrême-Sud. Il s’agit du premier service de bateau express de la province de Cà Mau.