12/08/2019 23:03
Singapour interdira le commerce intérieur d'ivoire d'éléphant à partir du 1er septembre 2021, a annoncé lundi 12 août le gouvernement singapourien.
>>Lutte contre le braconnage: la Malaisie détruit près de 4 tonnes d'ivoire
>>La Chine saisit un nombre record de défenses d'éléphants de contrebande

Des ivoires.
Photo: VNA/CVN

Cette décision a été prise après environ deux ans de consultations, à compter de 2017, avec le public, les organisations non gouvernementales et les détaillants d'ivoire à Singapour.

Une fois que l'interdiction sera entrée en vigueur, ceux qui y contreviendront pourront être condamnés à une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à un an ou à une amende. Les commerçants pourront envoyer leurs produits en ivoire aux autorités ou les conserver.

En juillet, la Cité du Lion avait saisi près de 9 tonnes d'ivoire provenant d'environ 300 éléphants d’Afrique et valant 12,9 millions dollars.

Lors d'une consultation publique menée l'année dernière, 99% des répondants étaient favorables à l'interdiction du commerce  d'ivoire.

Depuis 1990, Singapour a interdit le commerce international d'ivoire d'éléphant.

Le commerce international d'ivoire est interdit depuis 1989, à de rares exceptions près, afin de lutter contre le déclin de la population des éléphants d'Afrique qui étaient encore plusieurs millions au milieu du XXe siècle contre seulement 600.000 à la fin des années 1980. Mais le braconnage et la contrebande se sont poursuivis pour répondre à la demande principalement d'Asie, en particulier de Chine, où l'ivoire est très prisé à des fins médicales et pour fabriquer des objets de décoration.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

L'île de Phu Quôc développe une agriculture écologique liée au tourisme Le district insulaire de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), est déterminé à développer un modèle de production agricole écologique associé aux services et au tourisme afin de créer plus de produits touristiques d'ici 2025 et à l'horizon 2030.