06/03/2020 22:51
Les visiteurs ayant voyagé en Iran, dans le Nord de l'Italie ou en République de Corée au cours des 14 derniers jours ne seront pas autorisés à entrer ou à transiter par Singapour, à partir du 4 mars, en raison d’une augmentation du nombre de cas de contamination du COVID-19 sur cet île-État.
>>COVID-19 : des test effectués à bord d'un paquebot tenu à distance de San Francisco
>>Coronavirus : Macron préside des réunions exceptionnelles

La mesure, qui entre en vigueur mercredi 4 mars, fait partie des précautions supplémentaires que Singapour prend pour aider à réduire le risque d’entrée des personnes infectées à Singapour.

Des passagers portent masques à l'aéroport international Changi à Singapour.
Photo : Straits Times/CVN

Les citoyens, les résidents permanents ainsi que les détenteurs de laissez-passer de longue durée revenant à Singapour depuis l’Iran, le nord de l'Italie ou la République de Corée ces derniers temps doivent réaliser absolument l’isolement à domicile pendant 14 jours.

À partir du même jour, les voyageurs entrant à Singapour qui présentent de la fièvre et d'autres symptômes de maladie respiratoire, doivent subir un test de dépistage du COVID-19 au point de contrôle.

La Bank Negara Malaysia (BNM) a déclaré mardi 3 mars que son comité de politique monétaire (MPC) avait décidé de réduire le taux d’intérêt au jour le jour (OPR) de 25 points à 2,50%.

Il s’agit du plus bas niveau du taux d’intérêt au jour le jour en Malaisie ces dix dernières années. La réduction vise à fournir un environnement monétaire plus accommodant et à soutenir l'amélioration de la croissance économique dans un contexte de stabilité des prix.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : les entreprises touristiques renforcent la sécurité Face à la situation compliquée de l'épidémie de COVID-19, le Service du tourisme de Hanoï a ordonné aux unités, aux entreprises, aux organisations et aux particuliers de renforcer les mesures de sécurité dans la lutte et la prévention de la pandémie ; d’estimer les effets de cette épidémie sur le secteur du tourisme.