17/12/2018 16:32
L'Indonésie a signé dimanche 16 décembre un accord économique avec l'Association européenne de libre-échange (AELE) visant à accroître les échanges commerciaux bilatéraux et les investissements, mettant ainsi fin à près de huit ans de négociations.
>>L'Indonésie finalise les négociations pour un accord de coopération économique

Enggartiasto Lukita (3e à gauche), a signé le 23 novembre une déclaration commune pour finaliser les négociations sur l'accord de coopération économique intégrale (IE-CEPA), à Genève. Photo: CV/CVN

Aux termes de cet accord, les barrières tarifaires et non tarifaires seraient supprimées pour des milliers de produits échangés entre l'Indonésie et les pays de l'AELE, à savoir la Suisse, le Liechtenstein, la Norvège et l’Islande. Parmi ces produits, l'huile de palme indonésienne obtiendrait un accès complet aux marchés islandais et norvégien, ainsi qu’un accès plus facile au marché suisse mais avec une quantité limitée.

L'accès à ces marchés européens de l'huile de palme indonésienne était le point d'achoppement sur lequel les négociations traînaient depuis des années. Le premier cycle de négociation a eu lieu au début de 2011. Les autres principaux produits d'exportation indonésiens, tels que le café, les produits aquatiques et du textile-habillement, bénéficieraient également d'un traitement préférentiel dans le cadre de l'accord, en échange d'un accès accru au marché indonésien de plusieurs produits des pays de l'AELE, comme l'or, les médicaments et les produits laitiers.

En 2017, les échanges commerciaux entre l'Indonésie et l'AELE se sont élevés à 2,4 milliards de dollars. L'Indonésie a affiché un excédent commercial de 212 millions de dollars. La même année, les pays de l'AELE ont investi 621 millions de dollars dans des projets en Indonésie.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’histoire de l’ao dài a son musée privé

ASEAN: la connexion des patrimoines régionaux à l’ère numérique au cœur d’une conférence L’ASEAN est célèbre pour ses nombreux patrimoines naturels et culturels qui sont devenus des destinations attrayantes au niveau mondial. Dans le contexte de développement technologique rapide, la connectivité et la promotion des valeurs patrimoniales dans la région poseront les bases d’un développement durable du tourisme.