25/07/2020 00:31
Deux petites siamoises de 13 mois, Truc Nhi et Diêu Nhi, soudées par la hanche, ont été séparées avec succès le 15 juillet, lors d’une opération effectuée par une centaine de médecins vietnamiens. L’état de santé des deux fillettes est stable et satisfaisant.
>>La vice-présidente de la République rend visite aux deux sœurs siamoises
>>La presse internationale salue l’opération de séparation de sœurs siamoises
>>Les soeurs siamoises séparées avec succès après 12 heures de chirurgie

L’état de santé de Truc Nhi et Diêu Nhi est stable et satisfaisant.

Photo : TT/CVN

Les fillettes, nées par césarienne après 33 semaines de gestation, avec un poids total de 3,2 kg, étaient soudées au niveau du bassin. Après avoir partagé un seul et même cordon ombilical durant la grossesse, leur état nécessitait des soins constants. 

Les premières échographies ont montré qu’elles étaient reliées par l’abdomen pelvien avec quatre jambes distinctes, une caractéristique de l’ischiopagus tetrapus (quadripus), un phénomène rare qui ne concerne que 6% des siamois. Selon les statistiques, environ une grossesse sur 200.000 aboutit à la naissance d’enfants siamois.

Les deux bébés partageaient un même iléon, un même côlon, un même anus et un utérus vaginal double. Elles avaient deux vessies situées des deux côtés de la cavité abdominale commune et aussi des ouvertures dans l’articulation pubienne.

Opération historique

Durant un an, elles ont été surveillées par des médecins de l’Hôpital de pédiatrie de Hô Chi Minh-Ville, avec un régime très spécial pour les préparer à l’opération. Au moment de l’intervention, les deux fillettes avaient 13 mois, pesaient 15 kg, et présentaient des indicateurs de développement similaires à des enfants normaux.

L’opération a été réalisée le 15 juillet dernier, à l’Hôpital de pédiatrie de Hô Chi Minh-Ville, par une équipe de 93 médecins, infirmières et experts de cet établissement et d’autres centres de santé de la ville.

Après plus de 13 heures et 40 minutes, les petites siamoises Truc Nhi et Diêu Nhi ont été séparées avec succès. Après, les médecins ont reconstitué pour chacune un appareil digestif, urinaire et génital.

"C’est un miracle", estime  Truong Quang Dinh, directeur de l’Hôpital pédiatrique de Hô Chi Minh-Ville et chef de l’équipe chirurgicale. "Cette opération n’est qu’une première étape réussie. Le processus post-opératoire sera complexe et difficile. Il faudra encore de nombreuses interventions pour qu’elles puissent avoir une vie normale", ajoute-t-il. 

"Trente-deux ans après l’opération réussie des deux premiers frères siamois Viêt et Duc au Vietnam, celle réalisée en juillet dernier sur ces sœurs siamoises marque un progrès remarquable de la médecine vietnamienne", affirme le Professeur Trân Dông A, conseiller expert de l’opération, qui a dirigé de nombreuses opérations de séparation au Vietnam depuis 1988.

"Je suis très fier d’avoir dirigé l’équipe médicale chargée de la séparation des premiers siamois il y a 32 ans. Je suis aujourd’hui très heureux d’avoir supervisé mes confrères, qui étaient hier mes élèves, dans cette très délicate intervention. C’est un immense bonheur de pouvoir offrir une meilleure vie à ces bébés siamois", partage-t-il. 

Le 20 juillet, la vice-présidente de la République, Dang Thi Ngoc Thinh, et des responsables du ministère de la Santé ont rendu visite aux deux sœurs siamoises, après leur opération de séparation réussie, et à l’équipe de médecins. Elle a été émue de voir Diêu Nhi lui faire un sourire. "Je suis heureuse et fière du succès de cette opération historique. Ceci témoigne du développement de la médecine nationale et du dévouement des médecins vietnamiens", a exprimé Dang Thi Ngoc Thinh. Elle s’est déclarée convaincue que les médecins et aides-soignants accompliraient de nouvelles tâches importantes, et a espéré que Diêu Nhi et Truc Nhi se rétabliraient au plus vite.

Technologie de pointe

La vice-présidente de la République, Dang Thi Ngoc Thinh, et des responsables du ministère de la Santé se sont rendus au chevet le 20 juillet des deux sœurs siamoises.
Photo : Dinh Hang/VNA/CVN

À cette occasion,  la vice-présidente a remis 50 millions de dôngs à l’équipe de médecins. Le Fonds de patronage des enfants du Vietnam a offert 20 millions aux deux fillettes. Et les responsables du ministère de la Santé ont décerné un satisfecit à l’Hôpital de pédiatrie de Hô Chi Minh-Ville.

Le même jour, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a présenté ses félicitations au ministre par intérim de la Santé, Nguyên Thanh Long, saluant un progrès exceptionnel du secteur de la santé. Par le biais du ministre par intérim, il a dressé ses compliments à la centaine de médecins ayant participé à cette intervention chirurgicale. Une opération parmi les plus complexes jamais réalisée sur des siamoises. Le Premier ministre a également fait part de sa sympathie aux parents des deux fillettes et leur a offert des cadeaux.

Des articles publiés sur mirror.co.uk, thegaltimes.com et dailymail.co.uk ont noté que les sœurs siamoises, Truc Nhi et Diêu Nhi, se portaient bien après la délicate opération de séparation. Ils ont cité les propos du Professeur Trân Dông A, selon lesquels les chances que les enfants se rétablissent complètement sont très élevées grâce aux techniques chirurgicales et aux équipements de pointe. Le directeur de l’Hôpital de pédiatrie de Hô Chi Minh-Ville, Truong Quang Dinh, a été cité par mirror.co.uk et dailymail.co.uk disant que jusqu’à présent, cela pourrait être considéré comme une intervention chirurgicale  et une première étape réussies.

"Le processus de rétablissement sera très difficile. Nous ferons tout pour que ce soit un grand succès", a-t-il déclaré. Au cours des trois prochains mois, les fillettes connaîtront d’autres opérations, a rapporté thegaltimes.com.
 
Synthèse/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le tourisme intérieur du Vietnam devrait se redresser après le COVID-19 La résurgence du COVID-19 au Vietnam a mis de nombreux prestataires touristiques sous pression alors qu'ils essayaient de maintenir leurs entreprises à flot. Cependant, maintenant que la pandémie s’apaise, ils ont des conditions favorables pour ramener leurs affaires à la normale.