01/02/2018 12:14
La demande de lì xì (étrennes glissées dans de petites enveloppes rouges) et de cadeaux augmente fortement à l’occasion du Têt traditionnel. Pour créer la différence et la nouveauté, le marché présente de nombreux produits à l’image du chien, symbole de l’année 2018. Petit tour à Hanoï.
>>Les marchandises pour le Têt 2018 sont prêtes
>>Les friandises vietnamiennes dominent le marché domestique

Le Nouvel An lunaire ne peut manquer de lì xì qui, selon la coutume, doivent apporter chance pour toute l'année. Avec cette idée en tête, de nombreux magasins ont donc importé et vendent des devises étrangères à l’image de nos amis à quatre pattes. Ces articles sont assez diversifiés comme le dollar américain, les pièces de monnaie australiennes ou la devise de Macao (Chine) notamment.

Une clientèle en train de choisir des "lì xì" avec l'image de chiens dans la rue Hàng Ma, à Hanoï.

L’image du Chien omniprésente

Les billets à l’image du Chien sont très populaires et se vendent comme des petits pains. L’écart de prix est pourtant assez élevé. Par exemple, un billet de 2 dollars à l’image du Chien vaut 400.000 dôngs (près de 18 dollars). Les pièces de monnaie dorées et argentées, elles, vont de 150.000 à 200.000 dôngs la pièce. Le prix dépend également de son origine... Particulièrement, les billets comportant de "beaux" numéros de série peuvent voir leur coût grimper de manière conséquente. Malgré leur prix élevé, la demande demeure importante dès qu’il s’agit des produits pour le Têt. Pour se les procurer, les consommateurs doivent les commander plusieurs jours à l’avance.   

"Le Têt arrive à grands pas. Et le plus important durant sa célébration, c’est vraiment son ambiance et sa signification. C’est pourquoi, je change mes +lì xì+ en argent imprimé à l’image des animaux sacrés pour que mes enfants puissent les conserver comme souvenirs. Étant conscient de sa forte demande, j’ai passé ma commande très tôt cette année. Car plus on se rapproche du Têt, plus il est difficile de s’en procurer. Je ne parle même pas de son prix exhorbitant !", a confié Hoàng Tùng, domicilié dans l’arrondissement de Câu Giây.  

Outre les lì xì, les objets de décoration déclinés à l’image du Chien sont également des choix de prédilection des consommateurs en vue d’embellir leur domicile. Le chien est un animal familier et un gardien de la maison. Dans la géomancie d’antan et le feng-shui d’aujourd’hui, cet animal est censé apporter chance et paix à la famille.

Allant dans ce sens, les articles à l’effigie du chien ne manquent pas à l’appel. Notamment cet "alcool de chien", d’origine russe, contenant du vin dans une bouteille en forme du chien en cristal, est du plus grand effet.

La bouteille de vin à l'effigie du chien a la cote cette année.

Un marché qui a du mordant

De son côté, le marché destiné aux soins réservés à nos amis Milou et Rantanplan est en effervescence. Actuellement, la demande de toilettage des animaux de compagnie grimpe à l’occasion du Têt. Outre vêtements et jouets, il existe également des services de beauté, de manucure, de coupe, de teinture et de bains pour nos canidés...

"Normalement, le magasin est ouvert de 08h00 à 21h00. Mais à l’approche du Têt, c’est la folie, nous sommes très occupés. Nous travaillons sans relâche, sans pause déjeuner et très souvent en dehors des heures de travail", a partagé Pham Thi Hoài, propriétaire d'un spa des animaux domestiques du quartier de Mai Dich, arrondissement de Câu Giây.

"Pour les chiots et les chiens de petite taille, le prix moyen du toilettage varie entre 250.000 et 270.000 dôngs, tandis que pour les plus gros, il peut aller de 300.000 à 500.000 dôngs parfois", a-t-elle ajouté. 

De plus, les commerces profitent de l’engouement général et surfent sur la vague en offrant davantage de services liés au Têt du Chien. Ainsi, nombreux sont ceux qui commandent des bonsaïs et autres plantes uniques, étranges, courbées et taillées à l’image des chiens pour l’occasion.

La rue Hàng Ma est certainement la plus colorée de Hanoï, notamment au Nouvel An lunaire.

En particulier, les kumquats bonsaïs sont de plus en plus plébiscités par les consommateurs. En effet, cela fait quelques années que les habitants du village de Tu Liên, arrondissement de Tây Hô, cultivent ces kumquats. Ces arbustes sont rapidement devenus populaires de par leur forme originale qui amuse le regard.

"Pour avoir un beau bonsaï de kumquat, il faut s’en occuper avec soin avant d’orienter ses branches selon la forme recherchée. Le plus difficile est de les orienter en harmonie avec la forme du pot", a partagé Hoàng Long, propriétaire du jardin des kumquats de Long Huong.

Les kumquats miniatures cultivés dans son jardin sont âgés de 2 à 3 ans, et certains, d'une dizaine d'années. Le prix varie entre 1,5 million et 4 millions de dôngs et dépend de divers éléments comme la forme, l’âge, le feuillage ainsi que le nombre de fruits et de bourgeons notamment. Plus le bonsaï est vieux, beau et constellé de fruits, plus son prix peut grimper et aller jusqu’à plusieurs dizaines de millions de dôngs. Le soin d’un kumquat en pot, notamment d’un kumquat bonsaï, demande une certaine discipline et requiert un minimum de savoir-faire.

"J’habite dans un petit appartement de 60 m² dans la cité urbaine. Ces kumquats bonsaïs sont donc parfaits par ce genre de petite superficie", a confié Nguyên Mai Hoa, qui vit dans l’arrondissement de Long Biên. Ainsi, cette année, la tendance est aux kumquats bonsaïs plantés dans des pots et autres vases en forme de chien.

Le lancement des marchandises et autres produits au service du Nouvel An lunaire commence doucement, mais sûrement, à baigner les habitants dans cet esprit festif et coloré tant attendu du Têt traditionnel. 
 
Texte et photos : Mai Huong/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Lâm Dông crée une percée dans son agritourisme Ces dernières années, l’agrotourisme a pris son envol dans la province de Lâm Dông, au Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre). Un type de tourisme lié étroitement à l’agriculture high-tech.