05/10/2018 17:36
Le président indonésien Joko Widodo a effectué sa deuxième visite dans la zone dévastée par le séisme après son déplacement le week-end dernier à Palu pour faire avancer les efforts visant à porter assistance à la population.
>>Course contre la montre en Indonésie, les humanitaires alertent sur le sort des enfants
>>Indonésie: le bilan dépasse 1.400 morts, l'espoir de retrouver des survivants s'éloigne

Le président indonésien Joko Widodo (2e, gauche) visite un quartier touché par le séisme à Palu.
Photo: Reuters/VNA/CVN

La ville côtière de Palu et la région de Donggala, plus au nord, ont été dévastées, le soir du vendredi 28 septembre, par un séisme de magnitude 7,5, suivi d’un tsunami avec des vagues atteignant jusqu’à six mètres de haut qui se sont abattues sur la côte.

Le bilan s’est de nouveau alourdi: 1.558 personnes ont péri sur l’archipel des Célèbes selon un nouveau décompte de l’Agence indonésienne de gestion des risques naturels (BNPB) qui a fait savoir que plus de 2.500 personnes ont été grièvement blessées, 113 autres sont portées disparues et 70.821 personnes ont perdu leurs habitations. 

"Ce que j’ai observé après mon retour maintenant, c’est que des équipements lourds sont arrivés, que la logistique a commencé à arriver bien que ce ne soit pas au maximum, le carburant est en partie arrivé", a-t-il déclaré à la presse.

Le président Joko Widodo a demandé des renforts dans la recherche de victimes, affirmant que tout le monde devait être retrouvé, après avoir inspecté ce qu’il a appelé une "opération d’évacuation" à l’hôtel Roa Roa, où il aurait déclaré qu’une trentaine de personnes étaient piégés sous les décombres.

Les sauveteurs mènent une course contre la montre pour sortir des survivants des décombres alors que les hôpitaux, dont certains ont été endommagés, peinent à faire face à l'afflux de victimes. Au moins sept avions-cargos sont arrivés à l’aéroport de Palu plus tôt mercredi 3 octobre, transportant des tonnes d’aide.

Devant l’ampleur de cette catastrophe, le gouvernement indonésien a lancé un appel à l’aide internationale alors que l’ONU a averti de besoins "immenses" à la fois pour les survivants et pour les secours.

Scène de dévastation à Palu, en Indonésie, le 2 octobre.
Photo: AFP/VNA/CVN

Près de 200.000 personnes nécessitent par ailleurs une aide humanitaire d’urgence, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), parmi lesquels des dizaines de milliers d’enfants. 

"Bien que le gouvernement et les organisations d’urgence travaillent sans relâche pour apporter une aide vitale, les besoins demeurent immenses", a indiqué mardi 2 octobre l’OCHA dans un communiqué.

"Le sentiment des équipes travaillant sur place est un sentiment de frustration", a précisé à Genève Jens Laerke, de l’OCHA. "Des portions importantes de ce qui pourrait être la zone la plus touchée n’ont toujours pas été complètement atteintes. Mais les équipes se démènent et font ce qu’elles peuvent".

L’Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne et eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Binh Thuân développe ses potentiels en tourisme maritime Possédant un littoral de près de 200 km et de beaux paysages tels que le ruisseau Tiên, la montagne de Tà Cu, la tour Po Sah Inu, le phare Kê Gà, l’île de Phú Quy, le cap de Yên, les villages de pêcheurs,… la province de Binh Thuân (Centre) est dotée d'un potentiel immense pour développer un tourisme côtier.