06/08/2018 11:49
Au moins 82 personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées dans le séisme de magnitude 6,9 qui a secoué dimanche 5 août l'île indonésienne très touristique de Lombok (Sud), ont annoncé lundi 6 août les autorités.
>>Au moins 37 morts dans un séisme de magnitude 7,0
>>Un séisme de magnitude 6,1 frappe l'Est de l'Indonésie

À l'extérieur d'un hôpital sur l'île indonésienne de Lombok, après un séisme de magnitude 7, le 5 août. Photo: AFP/VNA/CVN

L'institut américain de géophysique USGS, qui avait initialement évalué la magnitude du séisme à 7,0, l'a révisée à 6,9.

Le tremblement de terre, qui a endommagé des milliers de bâtiments, selon Sutopo Purwo Nugroho, un porte-parole de l'agence indonésienne de gestion des catastrophes, a également été ressenti sur l'île voisine de Bali.

Une alerte au tsunami, rapidement levée, a suscité la panique chez les habitants qui se sont précipités pour trouver un lieu sûr, a dit le porte-parole. "Les gens paniquaient... surtout en raison de l'alerte au tsunami", a-t-il raconté.

Le souvenir du tsunami de 2004, qui a coûté la vie à 168.000 personnes en Indonésie, reste très présent dans l'archipel.

Des milliers de personnes ont été évacuées dimanche 4 août sur l'île vers des lieux plus sûrs.

La plupart des personnes décédées se trouvaient dans la zone montagneuse située dans le nord de Lombok, loin des principaux sites touristiques du sud et de l'ouest de l'île.

Lombok est particulièrement prisée des touristes pour ses plages et ses sentiers de randonnée.

Un premier bilan avait fait état de 37 morts, mais l'ampleur des dégâts est apparue au cours de la nuit.

Ce séisme est survenu une semaine après un premier tremblement de terre qui avait fait 17 morts sur cette île située à l'est de Bali et détruit des centaines de bâtiments sur l'île de Lombok.

Le séisme de dimanche 4 août s'est produit à 10 km de profondeur, a précisé l'USGS. Il a été suivi de deux secousses secondaires, dont une de magnitude 5,4, et d'une vingtaine de répliques.

L'épicentre se situait en mer, à 18 kilomètres au nord-ouest de Lombok.

"Tout le monde a paniqué" 

Un temple balinais partiellement détruit après le séisme de magnitude 7 qui a secoué l'île indonésienne de Lombok (Sud), le 5 août. Photo: AFP/VNA/CVN

Le porte-parole de l'agence indonésienne de gestion des catastrophes a indiqué que de nombreux bâtiments avaient été endommagés à Mataram, la principale ville de Lombok.

Le ministre de l'Intérieur de Singapour, K. Shanmugam, qui se trouvait à Lombok pour une conférence sur la sécurité au moment du séisme, a décrit sur Facebook comment sa chambre d'hôtel au 10e étage s'était mise à trembler violemment. "Des murs se fissuraient, c'était impossible de tenir debout", a-t-il écrit.

Si aucun tsunami ne s'est produit, de l'eau de mer a envahi deux villages, a indiqué à une télévision locale Dwikorita Karnawati, un responsable de l'agence nationale de gestion des catastrophes.

Un touriste français, Jean Sannier, en vacances sur l'île de Gili Meno en face de Lombok, a raconté à l'AFP que "le séisme et quatre répliques ont été fortement ressentis", "une partie de notre hôtel est détruite, comme des habitations de l'île".

Selon lui, de nombreux touristes français sont présents sur cette petite île et l'un d'eux a eu une jambe cassée.

Sur l'île voisine de Bali, les habitants et les touristes ont couru dans les rues en criant.

L'aéroport international de Bali a subi des dégâts sur son terminal mais cela n'a pas affecté le trafic aérien, selon des responsables de l'agence indonésienne de gestion des catastrophes.

Les installations de l'aéroport de Lombok n'ont pas été endommagées, les passagers ont cependant été brièvement évacués du principal terminal.

L'Indonésie est située sur la fameuse "ceinture de feu" du Pacifique, où des plaques tectoniques se rejoignent et où se produisent beaucoup d'éruptions volcaniques et de tremblements de terre.

Le tsunami de 2004, avait été provoqué par un séisme sous-marin de magnitude 9,3 au large de Sumatra (Ouest de l'Indonésie) et avait fait au total 220.000 morts dans les pays riverains de l'océan Indien.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.