01/01/2020 07:52
La délégation sportive vietnamienne est repartie des 30es Jeux d’Asie du Sud-Est avec 98 médailles d’or. Un bilan exceptionnel comparé aux précédentes éditions. Focus sur cet exploit.

>>Grand succès pour le Vietnam
>>Anh Viên, athlète la plus médaillée des SEA Games 30
>>Les "Dragons d’or" au sommet du football d’Asie du Sud-Est

La délégation sportive vietnamienne à la cérémonie d'ouverture des SEA Games 30 organisée fin novembre aux Philippines.
Photo : VNA/CVN

Le sport vietnamien est à son apogée. En remportant 288 médailles (98 d’or, 85 d’argent et 105 de bronze) à ces 30es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 30), le pays s’est hissé à la deuxième place du classement final par nations, derrière les Philippines, pays hôte.

Un résultat bien au-delà des attentes, d’autant que, depuis 16 ans, il était toujours parvenu à accrocher la dernière marche du podium dudit classement.

"Ce succès est dû en grande partie aux performances dans les disciplines olympiques", a dévoilé Trân Duc Phân, chef adjoint du Département général de l’éducation physique et des sports et chef de la délégation vietnamienne aux SEA Games 30.

Au tableau des performances, l’athlétisme est en tête, avec 16 médailles d’or. Nos athlètes ont confirmé tout le bien que l’on pensait d’eux, en défendant avec succès leur première place du classement par nations, devant la Thaïlande, connue pour être sans rivaux entre 1989 et 2017 dans cette discipline.

Triplé de l’athlète Nguyên Thi Oanh

Nguyên Thi Oanh est l’un des meilleurs éléments de l’équipe d’athlétisme du Vietnam.
Photo : CTV/CVN

La coureuse de demi-fond Nguyên Thi Oanh a offert aux supporteurs vietnamiens des moments fabuleux, en récoltant trois médailles d’or au 3.000 m steeple féminin, 1.500 m et 5.000 m. Elle a également amélioré le record du 3.000 m steeple grâce à un chrono de 10 min 00 sec 02.

À noter que les finales des épreuves du 3.000 m steeple femmes et 5.000 m dames ont eu lieu dans une même journée.

Aux SEA Games 29 organisés en Malaisie en 2017, elle avait déjà fait parler d’elle en décrochant deux médailles d’or.

"J’apprécie beaucoup Nguyên Thi Oanh. C’est l’un des meilleurs éléments de l’équipe nationale d’athlétisme. Nous sommes en train de l’entraîner pour qu’elle puisse réaliser la meilleure performance aux SEA Games 31 prévus au Vietnam dans deux ans", a souligné Duong Duc Thuy, chef de la discipline athlétisme du Département général de l’éducation physique et des sports.

Lê Tu Chinh (centre), la reine de la vitesse d’Asie du Sud-Est.
Photo : VNA/CVN

"La reine du sprint" Lê Tu Chinh a aussi marqué de son empreinte ces jeux, avec l’or et l’argent respectivement au 100 m et 200 m, deux des plus prestigieuses épreuves de l’athlétisme.

Au 100 m dames, Lê Tu Chinh a créé la sensation en coupant la ligne d’arrivée au nez et à la barbe de Kristina Marie, athlète naturalisée du pays hôte et immense favorite de la course, grâce à un temps de 11 sec 54, soit 1 centième de mieux que Kristina Marie.

----------  288  ----------

Le Vietnam a affiché aux Philippines
un résultat exceptionnel, avec 288 médailles
dont 98 d'or, 85 d'argent et 105 de bronze,
pour terminer à la 2e place
du classement final par nations.


----------------------------------------------------------
 
Le ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme, Nguyên Ngoc Thiên, a partagé son immense satisfaction : "Nous avons dépassé notre objectif  qui était de remporter de 65 à 70 médailles d’or et de finir dans le top 3. En particulier, les sélections masculine et féminine de foot ont décroché toutes deux l’or".

Au cours des différentes éditions des SEA Games, le Vietnam n’a fait que progresser. En 1989, année de sa première participation à ces jeux (en Malaisie), nos sportifs sont revenus avec 3 médailles d’or, 11 d’argent et 5 de bronze pour se classer 7e au classement final. Un résultat certes modeste, mais encourageant.

Deux ans après (SEA Games 16 aux Philippines), le pays a remporté davantage de médailles, sans incidence toutefois sur le classement final.

En haltérophilie, le Vietnam a réalisé des progrès qui pèsent dans la balance.
Photo : VNA/CVN

Aux SEA Games 17 à Singapour, le Vietnam a terminé 6e. Idem à l’édition suivante, en Thaïlande, avec en plus la très belle médaille d’argent du Onze national que personne n’attendait à pareille fête.

L’édition de 1997, en Indonésie, a marqué un tournant, le pays s’affirmant désormais comme une puissance sportive avec 133 médailles dont 35 d’or, pour se classer 5e au classement final.

Deux ans après, en Malaisie, la délégation vietnamienne a encore grappillé une place (4e), avec 33 médailles d’or. Et le Onze féminin a remporté le titre.

En 2003, le Vietnam a accueilli ce grand événement sportif régional. Il a décroché au total 346 médailles dont 158 d’or, pour terminer à la première place du classement général. Depuis, il a toujours terminé parmi les trois premiers.

Cent milliards de dôngs par an

"Les efforts de nos sportifs aux SEA Games 30 méritent des reconnaissances. Cependant, les instances sportives nationales doivent tirer de précieux enseignements des victoires mais aussi des échecs lors de ces jeux afin d’être encore plus forts lors des prochaines grandes compétitions", a insisté Vuong Bich Thang, chef du Département général de l’éducation physique et des sports.

Selon lui, en vue des prochaines grandes échéances sportives, à commencer par les Jeux olympiques de Tokyo en 2020, les SEA Games 31 au Vietnam en 2021 et les Jeux asiatiques en Chine en 2022, le gouvernement injectera 100 milliards de dôngs en faveur de son département.

"Le gouvernement a aussi approuvé le projet de formation des meilleurs éléments pris en charge par les instances sportives nationales", a-t-il précisé. Ces sportifs seront envoyés à l’étranger pour suivre des stages de longue durée.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Hôi An parmi les destinations les moins chères de la planète Les touristes dépensent environ 77,64 USD par jour pour les dépenses alimentaires de base à Hôi An, 7e ville dans le classement des destinations les moins chères de la planète, qui vient être publié par Holiday Money.