24/02/2019 10:30
Cù Lao Chàm (îlot Chàm), ville de Hôi An, province de Quang Nam (Centre), était autrefois une importante zone de nidification des tortues marines. Mais depuis quelques années, on en voit de moins en moins. En cause, le développement du tourisme et le braconnage.
>>Sensibilisation de la communauté à la conservation des tortues marines
>>Kiên Giang: 12 tortues marines rendues à la nature

Des petites tortues relâchées en mer. Photo: BM/CVN

Les tortues marines comprennent seulement sept espèces dans le monde et toutes sont plus ou moins gravement menacées d’extinction. Ces dix dernières années, elles n’ont cessé de régresser à Cù Lao Chàm. Et chaque fois qu’un individu est observé, il souffre de lésions plus ou moins imputables à l’homme.

Déchets en mer, plages surfréquentées

Fin 2018, les médecins de l’hôpital Gia Dinh (Famille) à Dà Nang (Centre) ont pratiqué avec succès une endoscopie sur une tortue blessée trouvée à Cù Lao Chàm. D’un poids de 8,2 kg, âgé de 4 à 5 ans, l’animal avait été amené par le Groupe de sauvetage des animaux sauvages Sasa.

Il présentait des blessures à la tête, au cou et aux pattes. Des radiographies ont montré de nombreux corps étrangers, dans ses voies digestives, qui menaçaient sa vie. Les médecins et l’équipe de secours ont été surpris de découvrir que la plupart, ôtés de son estomac, étaient des débris de filets, de plastique et des morceaux d’éponges.

En raison de son état, les médecins n’ont pu extraire d’autres objets de son côlon. Une deuxième opération est prévue lorsque l’animal sera en bonne santé.
Le fait que les tortues marines consomment des déchets est prévisible, car même si Cù Lao Chàm a dit “non aux sacs plastiques”, beaucoup de déchets venus d’autres régions flottent dans ses eaux.

Lors d’un récent colloque sur le tourisme à Cù Lao Chàm, Pham Viêt Tich, directeur du Service des sciences et technologies de la province de Quang Nam, a expliqué que les tortues marines de Cù Lao Chàm n’osaient plus pondre sur les plages en raison des activités touristiques, et qu’elles pondaient sous l’eau, à plusieurs mètres de profondeur.

“La découverte d’œufs de tortues sous l’eau témoigne du manque de lieux de ponte. Toutes les espèces de tortues marines sont fidèles à leur lieu de ponte. Cependant, si les activités humaines sont trop importantes, elles ne viennent pas pondre. Cela montre que le tourisme a de graves impacts sur la biodiversité de Cù Lao Chàm”, a expliqué M. Tich.    
  
M. Tich a estimé à  3.000 le nombre de touristes à Cù Lao Chàm chaque jour, ce qui est peu par rapport à bien d’autres sites touristiques côtiers. Cependant, pour un site aussi sensible que cette île, ce chiffre est trop élevé. À côté des activités touristiques, les tortues marines doivent faire face au braconnage pour leur chair ou leurs écailles (au service de la fabrication de “souvenirs”).

Incubation artificielle d’œufs, un projet pionnier

Une tortue marine blessée trouvée à Cù Lao Chàm. Photo: BM/CVN

Face à la chute des effectifs de tortues marines fréquentant les eaux de Cù Lao Chàm, fin 2015, les comités de gestion de la Réserve de biosphère et de la Réserve maritime de Cù Lao Chàm ont élaboré ensemble un plan de protection.

Grâce au soutien du Parc national de Côn Dao, la ville de Hôi An a organisé une visite guidée sur l’île Bay Canh, appartenant à ce Parc national, avec comme objectif d’acquérir des expériences dans la conservation des tortues marines. Ensuite, le comité de gestion de la Réserve maritime a élaboré une étude scientifique au niveau provincial qui a été approuvé par le Comité populaire de Quang Nam et le Service provincial des sciences et technologies. Concrètement, deux voies de conservation seront mises en œuvre: primo, la sanctuarisation d’un lieu de ponte à Cù Lao Chàm; secundo, le renforcement de la population locale grâce à l’incubation sur place d’œufs venus d’autres localités.

Ainsi, deux fois par an, durant trois ans, la réserve recevra 450 œufs. L’ingénieur Nguyên Van Vu, chef du projet “Études et conservation des tortues marines à Cù Lao Chàm”, a indiqué que le taux d’éclosion avait atteint plus de 90%. Nguyên Thê Hùng, vice-président du Comité populaire de la ville de Hôi An, a annoncé qu’actuellement, ce projet d’incubation d’œufs de tortues se trouvait dans sa phase expérimentale. Les premiers succès sont encourageants.

Cù Lao Chàm est la première localité du pays à développer ce type de projet de protection des tortues marines. Pour redevenir un haut lieu de nidification comme autrefois, la participation des scientifiques, des acteurs locaux et des secteurs concernés sera nécessaire. De plus, pour avoir une île de Cù Lao Chàm sans déchets plastiques et ainsi recréer un meilleur habitat pour ces tortues, après avoir dit “non aux sac plastiques”, dans l’avenir, les habitants insulaires devront aussi dire “non aux pailles en plastique”.  
Huong Linh/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam