14/02/2019 13:46
Le bilan de la rupture d'un barrage minier le 25 janvier à Brumadinho, dans l'État brésilien du Minas Gerais (Sud-Est), s'est alourdi, passant à 166 morts, a annoncé mercredi 13 février l'antenne régionale de la Défense civile.
>>Douleur et résistance: un village indigène menacé par la catastrophe minière au Brésil
>>Catastrophe au Brésil: 58 morts, 305 disparus, poursuite des recherches

Des sauveteurs à la recherche de victimes le 28 janvier dans la coulée de boue provoquée par la rupture d’un barrage minier près de Brumadinho, dans le Sud-Est du Brésil. Photo: AFP/VNA/CVN

Par ailleurs, 155 autres personnes sont toujours portées disparues depuis l'effondrement de ce barrage du géant minier Vale qui a enseveli une partie de la ville sous plusieurs mètres de boues toxiques, a précisé le lieutenant-colonel Flavio Godinho, coordinateur adjoint de la Défense civile du Minas Gerais.

Les efforts pour retrouver les corps des disparus se poursuivent bien que les secouristes en découvrent de moins, les victimes restantes étant enterrées sous quelque 15 mètres de boue, a-t-il précisé.

Les autorités ont identifié à ce jour 160 des 166 victimes, dont la plupart sont des employés de Vale, ainsi que des habitants de communes environnantes.

Les opérations de secours se poursuivent avec 327 pompiers et 43 engins lourds, dont des camions et des excavatrices, huit aéronefs et douze chiens de sauvetage.

Les bureaux administratifs de Vale et une cafétéria, où se trouvaient des centaines d'employés en train de déjeuner, avaient été ensevelis sous les coulées de boue.


Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Excursion dans le village des marionnettes sur l’eau de Dào Thuc