05/11/2017 12:27
Mises en place depuis plus d’un an, les rues piétonnes attirent bien entendu les Hanoïens, mais aussi les touristes étrangers. Cet espace confère à la capitale millénaire une nouvelle beauté, comme un retour vers un passé pas si lointain.
>>Enquête criminelle chez les mineurs d’aujourd’hui
>>Xe ôm : les motos-taxis à la vietnamienne
>>Facebook et les jeunes vietnamiens : plus de mal que de bien !
>>Le Vietnam, un modèle socio-économique pour l’Afrique
>>Autour de la rivière Dà

Phùng Thi Lan Anh
21 ans
Province de Phu Tho
Les rues piétonnes comprennent la région autour du lac de l’Épée restituée et ses alentours, y compris des rues du Vieux quartier telles que Hàng Khay, Hàng Dâu, Hàng Bài, Bao Khanh... Cette destination est ouverte tous les week-ends, de 19h00 le vendredi à 24h00 le dimanche.

Situé en plein centre-ville, cet espace est comme une oasis préservée du tumulte de la vie urbaine. Il s’est rapidement imposé comme une destination familière du week-end pour les habitants et les visiteurs, en raison de l’absence de véhicules. Les rues encombrées de voitures et de motocyclettes sont maintenant consacrées à la promenade. Les enfants s’amusent dans les rues, les personnes - jeunes et moins jeunes - font du jogging, les couples déambulent main dans la main, les parents et leurs enfants se baladent ensemble. Hanoï propose ainsi à la population un endroit pour se détendre le week-end. Grâce aux rues piétonnières, un nouveau concept est né dans la capitale, celui de "la culture de la marche".

Enfants et parents s’amusent ensemble.

De plus, les rues piétonnes sont un mariage entre la modernité et la tradition. En marchant dans ces rues, on peut profiter de spectacles magnifiques avec des concerts de chansons folklorique (chèo), des numéros de cirque, de danse moderne, de musique contemporaine... Et le tout gratuitement! Il existe aussi une scène publique pour les amateurs. Les passionnés de chant et de danse peuvent librement monter sur scène pour partager leurs émotions.

Une petite fille visiblement aux anges.

L’espace de divertissement sain et ludique

Pendant la promenade dans la zone piétonnière, les passants ont la chance de rencontrer des artistes, des sculpteurs, des photographes qui donnent à la ville des nuances plus colorées encore qu’à l’accoutumée.

Un portraitiste travaille sous le regard des passants.

Les rues piétonnes ramènent également les promeneurs à leur enfance avec des jeux folkloriques tels que le "ô an quan" (jeu du casier mandarin, une sorte de marelle), le "nhay dây" (corde à sauter), le "kéo co" (tir à la corde), le "da câu" (jeu du volant), etc. Des jeux qui ont presque disparu dans la vie quotidienne actuelle. De nos jours en effet, les enfants se divertissent au moyen des technologies modernes : jeux vidéo, télévision ou Internet. Ils ne connaissent pas ces jeux traditionnels que leurs parents et leurs ancêtres pratiquaient autrefois. Les rues piétonnes leur offrent ainsi un espace de divertissement sain et ludique qui leur donne l’occasion de découvrir la beauté culturelle du pays d’autrefois.

Le jeu "ô an quan".

Bien que l’espace piéton soit cerné de hauts bâtiments, de restaurants modernes et luxueux, il est dessiné autour du lac Hoàn Kiêm, symbole de Hanoï, où le génie de la Tortue habitait selon la légende. C’est aussi ce qui confère à ces rues piétonnes cette alliance si séduisante entre la modernité et l’ancienneté, et leur donne cet air d’espace miniature de la campagne vietnamienne au cœur de la capitale.

Texte et photos : Phùng Thi Lan Anh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Quang Ninh accueille 10 millions de touristes de janvier à septembre Selon le Service provincial du tourisme, au cours des neuf premiers mois de l’année, le nombre de touristes ayant visité Quang Ninh est estimé à plus de 10 millions, dont 3,6 millions de visiteurs étrangers, soit une hausse respective de 25% et de 19% en glissement annuel.