30/04/2018 16:29
La proposition faite, selon Séoul, par le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un de fermer en mai son seul site connu d'essais nucléaires braque les projecteurs sur ce centre de Punggye-ri, installation près de la frontière avec la Chine.
>>La RPDC fermera officiellement un site d’essais nucléaires en mai
>>La Maison Blanche estime que la RPDC "avance dans la bonne dircetion"
>>Kim Jong Un annonce la fin des essais nucléaires nord-coréens

Une image satellite prise le 12 avril 2017 du site d'essais nucléaires nord-coréen de Punggye-ri. Photo: AFP/VNA/CVN

Le site souterrain a été le théâtre des six tests nucléaires menés par Pyongyang dont le dernier en date remonte à septembre. Reste à savoir s'il s'agira du dernier tout court, alors que la pression diplomatique monte, avant un sommet entre M. Kim et le président américain Donald Trump, pour que Pyongyang abandonne ses armes nucléaires.

Un environnement idéal

Le site, entouré de sommets escarpés, est creusé profondément sous une montagne granitique de 2.000 m d'altitude dans le Hamqyong du Nord, province du nord-est frontalière de la Chine. Il est réputé l'endroit idéal pour résister aux forces déchaînées par des explosions nucléaires. Son existence a été mise au jour en octobre 2006 avec le premier test nucléaire nord-coréen, au temps de Kim Jong Il, le père décédé de M. Kim. Depuis, il est scruté par images satellitaires.

Des tunnels pénétrant dans le site depuis diverses directions sont visibles. Le premier test a été effectué dans le tunnel oriental, le deuxième et le troisième dans le tunnel occidental et les autres dans le tunnel septentrional, selon des responsables des services secrets.

Puissante explosion

Principaux tests nucléaires et de missiles de la RPDC depuis 2016.
Photo: AFP/VNA/CVN

Les tests réalisés sur ce site ont démontré les progrès rapides du programme nucléaire nord-coréen, surtout depuis l'arrivée au pouvoir en 2011 de M. Kim qui a supervisé quatre essais atomiques en l'espace de six ans. Mais la proximité de Punggye-ri avec la Chine est devenue source d'inquiétude pour Pékin. Le sixième essai a provoqué un séisme ressenti de l'autre côté de la frontière, poussant à la fuite de nombreux Chinois paniqués.

L'impact croissant des essais a suscité des craintes croissantes sur la sécurité du site, avec des mises en garde de scientifiques chinois contre une menace radioactive majeure pour toute la région. Le débat sur d'éventuels dommages infligés au site a été rouvert en avril après l'annonce de sa fermeture par M. Kim. Selon Séoul, M. Kim a dit vouloir procéder à cette fermeture en mai et inviter des experts américains et sud-coréens.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Quang Ninh accueille le 15 millionième touriste étranger du Vietnam Le Vietnam devrait accueillir son 15 millionième visiteur étranger en 2018 à la ville de Ha Long, dans la province côtière de Quang Ninh (Nord), fin novembre ou début décembre.