02/10/2020 21:56
C'est une wild card bien utilisée : Clara Burel, 19 ans et 357e mondiale, a atteint jeudi 1er octobre le troisième tour de Roland-Garros où la présence tricolore est historiquement raréfiée, alors que Novak Djokovic a poursuivi son bonhomme de chemin.
>>Roland-Garros : ça sent la fin d'une génération
>>Roland-Garros : en plein blues, Monfils ne répond plus

Clara Burel qualifiée pour le 3e tour de Roland-Garros après sa victoire sur la Slovène Kaja Juvan, le 1er octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Pour sa première participation au tableau principal des Internationaux de France, Burel a écarté avec conviction la Slovène Kaja Juvan (19 ans aussi mais 103e à la WTA) 7-6 (8-6), 6-2.

Fiona Ferro (49e, 23 ans), finalement programmée sur le court Central - pour la première fois - au lieu du Lenglen, y a elle admirablement contenu la puissance de la Kazakhe Elena Rybakina (18e) pour s'imposer 6-3, 4-6, 6-2 en un peu plus de deux heures.

"C'est ma meilleure victoire, pas forcément en termes de niveau de jeu, mais en termes d'émotions. C'est vraiment pour des moments comme ça que je m'entraîne", s'est réjouie Ferro.

Si bien que si les Françaises seront trois au rendez-vous du troisième tour, après la qualification de Caroline Garcia la veille, dans le tableau messieurs, seul Hugo Gaston (239e) défendra les chances françaises alors qu'ils étaient 18 au premier tour. Le jeune Toulousain de 20 ans affrontera vendredi le premier cador de sa carrière : le lauréat de Roland-Garros 2015, Stan Wawrinka.

Clara Burel aurait pu être confrontée à Alizé Cornet (52e) pour assurer une présence tricolore en huitièmes de finale, mais la Niçoise de 30 ans n'a pas su passer l'obstacle Shuai Zhang (39e) : la Chinoise s'est imposée 6-4, 7-6 (7/3) et c'est elle qui affrontera la Bretonne.

Reine de la surprise 

Ex-N°1 mondiale juniors, Burel revient d'une blessure au poignet gauche et franchit donc un nouveau cap dans la foulée de sa première victoire sur le circuit principal, obtenue à Strasbourg juste avant Roland-Garros sur l'Ukrainienne Kateryna Bondarenko.

"Depuis le début de la semaine, c'est un peu fou ce qui se passe. Je ne m'y attendais pas forcément", a-t-elle reconnu.

La journée porte d'Auteuil avait débuté par l'élimination précoce de la tête de série N°2 Karolina Pliskova. Il faut dire qu'elle était opposée à la reine de la surprise Jelena Ostapenko. Jusqu'à cette édition 2020, la Lettone (43e) a joué quatre tournois de Roland-Garros depuis 2016 : elle a perdu à chaque fois au premier tour, sauf en 2017 où... elle a remporté le titre, son seul trophée du Grand Chelem à ce jour.

"C'est difficile de comparer parce que c'était il y a trois ans et que je n'avais peur de rien et que personne ne me connaissait. Maintenant, les joueuses savent de quoi je suis capable", a commenté la Lettone.

Dans le tableau masculin, Novak Djokovic n'a de nouveau laissé échapper que cinq jeux face au Lituanien Ricardas Berankis (66e), touché au dos et effacé 6-1, 6-2, 6-2 en seulement 1h23.

Tsitsipas rattrape le temps 

Le Grec Stefanos Tsitsipas face à l'Uruguayen Pablo Cuevas au 2e tour de Roland-Garros, le 1er octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

En revanche la facile victoire de Stefanos Tsitsipas (6e) aux dépens de l'Uruguayen Pablo Cuevas (60e) était moins prévisible.

Le Grec de 22 ans, qui ne s'en était sorti que de justesse au premier tour après avoir été mené 2 sets à 0 par Jaume Munar (109e), n'a mis qu'une heure et demie à peine à balayer Cuevas 6-1, 6-4, 6-2.

"Je suis très satisfait de mon jeu, j'ai été très agressif dès le début, je voulais être à 100% présent. Je suis content d'avoir gagné en trois sets après mon premier tour très compliqué", a commenté le finaliste de Hambourg dimanche  27 septembre (battu par Rublev).

Le gros match du jour, à faire applaudir les milliers de sièges vides du court Suzanne-Lenglen, a opposé le grand espoir canadien Denis Shapovalov (11e) à l'Espagnol Roberto Carballes (101e). Contre toute attente, c'est le second qui s'est imposé 7-5, 6-7 (5/7), 6-3, 3-6, 8-6 au terme d'un bras de fer de cinq heures.

"C'est dingue, pour moi, de gagner un match comme ça sur ce court", a reconnu l'Espagnol. Carballes a ainsi signé à 27 ans sa première victoire en cinq sets, sa première victoire contre un joueur aussi bien classé (Shapovalov était 10e à l'ATP la semaine qui a précédé Roland-Garros) et obtient sa première participation au troisième tour d'un tournoi du Grand Chelem.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Le nombre de touristes étrangers au Vietnam diminue de 76,6% en onze mois Le nombre d'arrivées internationales au Vietnam en novembre a connu une augmentation de 19,6% par rapport à octobre mais a baissé de 99% en variation annuelle.