06/07/2018 15:52
L'offre proposée par l'Union européenne (UE) ne suffit pas à garantir les intérêts de l'Iran dans l'accord international conclu en 2015 sur l'activité nucléaire de Téhéran, a estimé jeudi 5 juillet le président iranien Hassan Rohani.
>>Réunion des États membres de l'accord nucléaire iranien à Vienne
>>Accord nucléaire: visite "capitale" du président iranien en Europe

Le président iranien Hassan Rohani.
Photo: AFP/VNA/CVN

"Malheureusement, dans les propositions, il n'y a pas de mesure concrète ni de stratégie précise pour la coopération", a dit M. Rohani lors d'un entretien téléphonique avec la chancelière allemande Angela Merkel, selon l'agence de presse officielle IRNA. Les propositions couvrent "un certain nombre de généralités sur les engagements de l'UE qui avaient déjà été évoquées précédemment", a affirmé le président iranien.

Pour sa part, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré jeudi 5 juillet que les discussions entre le président Hassan Rohani et plusieurs responsables autrichiens à propos de l'accord sur le nucléaire iranien avaient été "fructueuses".

"De retour à Vienne avec le président Rohani pour célébrer le 160e anniversaire des relations diplomatiques. Discussions fructueuses avec nos hôtes autrichiens - qui assument la présidence tournante de l'Union européenne - et avec la communauté des affaires", a-t-il déclaré sur Twitter sans donner plus de précisions.

"L'engagement en faveur du JCPOA est particulièrement marqué. Il est impératif de traduire cette volonté en actes", a-t-il ajouté, se référant à l'accord sur le nucléaire iranien connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA) signé en 2015 entre l'Iran et six grandes puissances - Royaume-Uni, France, Russie, États-Unis, Chine et Allemagne.

Le président iranien Rohani a débuté lundi 2 juillet une visite officielle en Suisse et en Autriche, dans le but de discuter du sort du JCPOA après le retrait des États-Unis. L'Union européenne (UE) est supposée avancer des propositions permettant de sauver l'accord sur le nucléaire, notamment en négociant avec l'Iran sur la limitation de son programme de missiles balistiques.

Jeudi 5 juillet, M. Rohani a également rencontré à Vienne Yukiya Amano, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), afin de discuter des dangers qui menacent le JCPOA depuis le retrait américain. M. Rohani a appelé les signataires européens de l'accord sur le nucléaire à prendre "des mesures pratiques et tangibles" pour protéger les intérêts iraniens après le retrait des États-Unis.

L'Iran a signé cet accord phare sur le nucléaire en 2015, acceptant de mettre fin à son programme d'armes nucléaires en échange d'une levée des sanctions. Le président américain Donald Trump a cependant décidé le 8 mai dernier de quitter cet accord et de remettre en vigueur ses sanctions contre Téhéran, notamment son embargo sur le pétrole iranien. 

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.