12/06/2017 18:36
Le président philippin Rodrigo Duterte a affirmé, le 11 juin dans la ville de Cagayan de Oro, que c’était le chef de l’État islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, qui avait ordonné des actes terroristes aux Philippines, selon le journal Philstar.
>>Philippines : 13 soldats tués lors de combats avec des cambattants islamistes
>>L'armée philippine demande à Facebook de fermer des comptes jihadistes

Le président philippin Rodrigo Duterte, le 1er juin à Manila.
Photo : Xinhua/VNA/CVN

Auparavant, le président Rodrigo Duterte avait indiqué que les rebelles du groupe Maute avaient des liens avec l’EI. Selon lui, le terroriste le plus recherché, Isnilon Hapilon, a été nommé leader de l’EI aux Philippines.

Le 11 juin, les sénateurs philippines ont demandé aux organes compétents de confisquer ou bloquer les avoirs des chefs et des proches des membres de Maute afin d’empêcher les financements des opérations de ce groupe terroriste sur l’île de Mindanao.

Les conflits entre les forces du gouvernement et le groupe Maute se poursuivent dans la ville de Marawi, sur l’île de Mindanao. À ce jour, près de 200 personnes ont trouvé la mort, dont 20 civils.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville