31/05/2021 21:59
L'agence de presse Reuters a annoncé vendredi 28 mai retarder le lancement de son site internet payant en raison d'un différend avec le fournisseur de données financières Refinitiv, son principal client.
>>Une piste pour rentabiliser le journalisme sur internet
>>L'intelligence artificielle, "menace existentielle" pour le journalisme 

Reuters.com devait proposer un abonnement de 34,99 USD par mois à compter du 1er juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

Gratuit jusqu'ici et vitrine de l'agence, Reuters.com devait proposer un abonnement de 34,99 USD par mois à compter du 1er juin, dans le cadre d'une nouvelle stratégie d'abonnement numérique destinée à attirer les professionnels du monde des affaires. Toutefois sa rédactrice en chef Alessandra Galloni a déclaré lors d'une réunion du personnel que le projet avait été mis en pause, selon un article publié jeudi soir 27 mai sur le site internet de l'agence.

Le différend avec Refinitiv porte sur la question de savoir si le passage à la formule payante va à l'encontre de l'accord de fourniture d'informations signé entre les deux sociétés, précise l'article. "Nous travaillons encore sur nos plans", a déclaré un porte-parole de Reuters dans un communiqué, ajoutant que le site internet resterait en version d'essai jusqu'à leur finalisation.

"Comme nous l'avons dit la semaine dernière, nous sommes en discussion permanente et privée avec LSEG Refinitiv au sujet de notre approche commerciale et de nos produits, et de la façon dont nous pouvons améliorer notre offre à tous les clients", a-t-il ajouté. Le contrat avec Refinitiv, une ancienne entité de Reuters vendue en 2018 à la société d'investissement Blackstone, assure 325 millions d'USD annuels sur 30 ans à Reuters, ce qui représentait en 2020 près de la moitié du chiffre d'affaires annuel de l'agence.

La Bourse de Londres, devenue propriétaire de Refinitiv depuis le mois de janvier, a souligné dans un communiqué que "comme pour tout accord commercial, il y a des discussions continues et privées sur notre approche commerciale et nos produits". "Les fondements de notre partenariat sont solides et nous continuerons à travailler ensemble pour satisfaire tous nos clients", a-t-elle ajouté.

Entité du groupe canadien de médias et services Thomson Reuters, l'agence Reuters propose à la fois ses contenus à des particuliers, via son site et son application, et à des entreprises, dont des médias qui les diffusent ensuite en ligne, parfois gratuitement. En 2018, Thomson Reuters avait cédé à Blackstone son activité "Financial and Risk", qui comprend les terminaux financiers et les données de marché, principale source de revenus du groupe jusque-là.

Blackstone l'avait logée dans une nouvelle filiale, appelée Refinitiv, racheté 27 milliards de dollars par la Bourse de Londres. Avec le passage à une formule payante, Reuters compte mettre à disposition des informations spécifiques susceptibles d'intéresser les professionnels et relatives, notamment, aux secteurs de l'énergie, de la santé, de l'automobile, de l'environnement ou des transports.

Il s'agit de "la plus importante transformation numérique en une décennie" pour Reuters, avait déclaré en avril son directeur marketing Josh London. L'agence compte 2.500 journalistes répartis dans 200 villes du monde.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Le tourisme de Hanoï s’efforce de surmonter les difficultés L’apparition de la quatrième vague d'infections par le coronavirus a gravement touché le tourisme. Les agences de voyage de Hanoï ont consenti de gros efforts afin de minimiser les dégâts ainsi que de préparer des scénarios de relance.