08/12/2019 00:00
La mobilisation sur les retraites s'installe dans la durée pour tenter de faire plier le gouvernement français et promet un week-end de galère dans les transports, avant une nouvelle épreuve de force mardi 10 décembre et la présentation de la réforme le lendemain.
>>À Marseille, des dizaines de milliers de manifestants déterminés
>>Mobilisation massive en France contre la réforme des retraites
>>France : ultimes préparatifs avant un jeudi noir contre la réforme des retraites

Manifestation contre la réforme des retraites, le 5 décembre 2019 à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

"On a frappé un grand coup, généré une dynamique", s'est réjoui le numéro un de Force ouvrière, Yves Veyrier, avant l'intersyndicale qui est ressortie vendredi  6 décembre avec une nouvelle date de mobilisation, le 10 décembre.

Jeudi 5 décembre, les manifestations ont davantage mobilisé que lors des premières journées des mouvements sociaux sur les retraites de 1995, 2003 et 2010.

Enseignants, cheminots, pompiers, fonctionnaires... Avec plus de 800.000 personnes dans la rue et certains secteurs d'activité au ralenti voire à l'arrêt comme les raffineries, les syndicats opposés à la réforme (FO, CGT, Solidaires, FSU) ont repris des couleurs.

Tous, y compris le premier d'entre eux, la CFDT, qui soutient le principe d'un régime universel de retraite par points, exhortent l'exécutif à sortir du bois pour détailler sa réforme.

Depuis le perron de Matignon, Edouard Philippe a promis qu'il livrerait mercredi 4 décembre, dans l'enceinte du Conseil économique, social et environnemental (Cese) cher aux partenaires sociaux, "l'intégralité du projet du gouvernement".

Mais est-ce qu'il y aura matière à éteindre l'incendie?

"Le calendrier est bouleversé mais rien ne change dans l'objectif du gouvernement: casser notre régime de retraite solidaire pour le remplacer par un système individualisé où chacune et chacun sera perdant", a regretté la CGT, où des voix militent déjà pour une troisième journée de mobilisation, jeudi 12 décembre. Une intersyndicale a d'ailleurs été calée mardi soir 10 décembre.

Pour la CGT, le Premier ministre est "sourd" et "tente de diviser, d'opposer les salariés entre eux en stigmatisant certains d’entre eux".

Bernadette Groison et Philippe Martinez en tête de cortège le 5 décembre 2019 à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

À l'origine de la colère : le "système universel" de retraite censé remplacer à partir de 2025 les 42 régimes de retraites existants (général, des fonctionnaires, privés, spéciaux, autonomes, complémentaires).

L'exécutif promet un dispositif "plus juste", quand les opposants redoutent une "précarisation" des retraités.

Edouard Philippe a pris soin de dire qu'il n'était pas "dans une logique de confrontation", comme pour s'éloigner de son mentor Alain Juppé version 1995.

Avant les annonces du Premier ministre, la ministre des Solidarités Agnès Buzyn et le haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye présenteront lundi 9 décembre après-midi les conclusions de la concertation relancée en septembre par le gouvernement.

Éviter les trains de banlieue lundi

En attendant, les usagers auront toujours beaucoup de difficultés à se déplacer.

La grève s'est poursuivie vendredi dans les transports et le week-end, à moins de trois semaines de Noël, s'annonce toujours très perturbé à la SNCF (15% des trains de banlieue en circulation, 1 TGV sur 6) comme à la RATP (neuf lignes de métro fermées).

Une station de métro fermée à Paris le 6 décembre 2019 en raison de la grève contre la réforme des retraites.
Photo : AFP/VNA/CVN

Et lundi 9 décembre, cinquième journée de grève, ne s'annonce pas plus rose dans les transports publics. La SNCF a même recommandé aux voyageurs franciliens d'éviter les trains de banlieue ce jour-là, l'affluence attendue pouvant rendre les gares dangereuses.

Les trois syndicats représentatifs de la SNCF ayant appelé ensemble à la grève illimitée - la CGT-Cheminots, l'Unsa ferroviaire et SUD-Rail - ne désarment pas. Ils se retrouvent samedi matin en intersyndicale au siège de la CGT, à Montreuil.

L'après-midi, la manifestation contre le chômage et la précarité organisée chaque premier samedi de décembre pourrait avoir une tonalité particulière, en résonance avec la mobilisation sur les retraites.

Des "gilets jaunes", qui ont apporté leur soutien à la contestation, doivent également défiler à Paris.

Le gouvernement a plusieurs foyers à éteindre, et pas seulement sur les régimes spéciaux, pour lesquels Edouard Philippe a promis des "transitions progressives" vers le futur système.

Il doit notamment répondre aux inquiétudes des enseignants, qui craignent que leurs pensions de retraite baissent avec les nouvelles règles de calcul. Pour l'éviter, le Premier ministre s'est engagé à une "revalorisation progressive" de leur traitement.

Le Premier ministre Edouard Philippe s'exprime le 6 décembre 2019 à Matignon.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le gouvernement surveillera aussi sans nul doute les lycées et les universités. Les organisations de jeunesse (Unef, Fidl, MNL, UNL) sont dans le mouvement. Et vendredi 6 décembre, la direction de l'université Lumière Lyon 2 a maintenu la fermeture de ses deux sites après un appel au blocage, la veille, par une assemblée générale étudiante.

L'horizon s'éclaircit tout de même sur le transport aérien. La journée de samedi  7 décembre devrait être plus calme que celles de jeudi et vendredi : seuls des retards et perturbations sont à prévoir, selon des prévisions de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous touristiques à Hôi An : les cafés-restaurants

Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh Le Têt arrive dans quelques jours. Si vous cherchez le lieu idéal pour le fêter, pensez à la région autour du lac de retenue de Hoà Binh. Vous ne serez pas déçus !