26/06/2019 18:13
Après cinq ans d'absence depuis l'annexion en 2014 de la Crimée, la Russie a fait mardi 25 juin son grand retour à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.
 >>L'Assemblée du Conseil de l'Europe rouvre sa porte aux Russes
>>Le Conseil de l'Europe laisse la porte ouverte au dialogue avec la Russie

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, à Strasbourg, France, le 26 juin 2011. Photo: AFP/VNA/CVN

En milieu de matinée, les dix-huit membres de la délégation russe ont pris place à l'Assemblée du Palais de l'Europe à Strasbourg, où siège depuis 70 ans l'organisation paneuropéenne. À l'extérieur du bâtiment, une vingtaine de personnes protestaient en tenant des drapeaux ukrainiens et des pancartes demandant: "Keep the sanctions against Russia" (Maintenez les sanctions à l'encontre de la Russie).

"C'est un évènement très positif", s'est réjouit le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, assurant que "l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) ne peut pleinement fonctionner sans la participation de la Russie".

Le sénateur néerlandais Tiny Kox s'est lui réjoui du retour de ses collègues russes. "Vous étiez absents trop longtemps, c'était une erreur", a-t-il déclaré.

Élection mercredi 26 juin du secrétaire général

Dans la nuit de lundi à mardi, les parlementaires de l'APCE ont voté, au terme de neuf heures de débat houleux, un texte qui autorise exceptionnellement des États membres à présenter une délégation en cours d'année et exclut la possibilité de la priver de ses principaux droits de vote.

Ce texte a été adopté par 118 voix contre 62 s'y opposant, essentiellement celles de parlementaires ukrainiens, géorgiens, britanniques, polonais et des pays baltes.

La majorité des membres aspirait à sortir le Conseil d'une longue crise ayant pesé sur son fonctionnement, préférant garder la Russie au sein d'une des rares organisations européennes dont elle fait partie.

Le futur secrétaire général du Conseil de l'Europe, qui doit succéder en octobre au Norvégien Thorbjørn Jagland, aura la charge d'effacer les stigmates de cette crise, notamment financiers, puisque Moscou a actuellement une dette d'environ 75 millions d'euros, intérêts compris, envers l'organisation.

Son élection par l'APCE aura lieu mercredi 26 juin et la Russie pourra y participer comme elle le réclamait. Deux candidats sont encore en lice: le vice-Premier ministre belge Didier Reynders et la ministre croate des Affaires étrangères et européennes Marija Pejcinovic Buric.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La deuxième édition du tournoi amical de football Vietnam - France avec succès