23/10/2021 08:45
La protection de la production dans les parcs industriels fait partie des efforts de l’État pour garantir le revenu des travailleurs, y attirer davantage d’investissements et contribuer au développement socio-économique.
>>L’AN approuve des aides en faveur des entreprises et des particuliers impactés par la pandémie
>>La province de Dông Nai aide les entreprises à rétablir la production

Commencée le 27 avril, la 4e vague de COVID-19, liée à la propagation du variant Delta, a paralysé les activités de nombreuses zones industrielles (ZI), bloqué les commandes, les chaînes de production et ralenti les exportations. La circulation des marchandises est devenue un véritable casse-tête compte tenu de la disparité des mesures préventives mises en place par les diverses localités.

Les entreprises implantées dans les zones industrielles des villes et provinces à haut risque sanitaire mettent en œuvre des mesures drastiques et efficaces de lutte contre le COVID-19. 
Photo : VNA/CVN

Face à cette situation, le vice-Premier ministre Lê Van Thành a présidé le 20 septembre une visioconférence sur les difficultés rencontrées par les entreprises des zones économiques et  parcs industriels. Il leur a demandé d’élaborer des plans de relance et de veiller à la sécurité sanitaire de leurs salariés. Il a également enjoint le ministère de la Santé de fournir des vaccins aux localités abritant des ZI.

Selon le ministère du Plan et de l’Investissement, ces entreprises ont été durement impactées par les perturbations causées par la pandémie de COVID-19 au niveau des chaînes d’approvisionnement mondial. Nombre d’entre elles ont vu leur carnet de commandes annulé ou retardé. "Les mesures de prévention et d’isolement doivent être appliquées de manière flexible afin de favoriser la relance des activités des entreprises. Il est essentiel d’assurer la fluidité des marchandises et la chaîne d’approvisionnement. Il est impératif d’accompagner cette reprise par des mesures de soutien financier. Nous devons aussi autoriser des experts étrangers à venir travailler au Vietnam en cette période épidémique", a indiqué la vice-ministre Nguyên Thi Bich Ngoc.

Des défis opérationnels

Selon les statistiques, les entreprises sont confrontées à cinq difficultés majeures : manque de trésorerie, augmentation des coûts de revient et de transport, entrave à la circulation des marchandises due à la distanciation sociale, suspension de la production dans les zones industrielles, difficulté à accéder aux programmes de soutien du gouvernement à cause des procédures complexes et de la lenteur administrative dans certaines provinces.

Les travailleurs de la compagnie Daikan Vietnam dorment sur place pour assurer la production.
Photo : VNA/CVN

D’après les données socio-économiques du mois d’août 2021 publiées par l’Office général des statistiques, le nombre d’entreprises quittant le marché a dépassé celui des nouvelles implantations. Ainsi, en huit mois, le pays a compté 81.600 sociétés nouvellement enregistrées contre 85.500 qui ont fermé. Parmi celles-ci, 43.200 entreprises ont suspendu leurs activités pour une durée déterminée (en hausse de 25,9% par rapport à 2020), plus de 30.000 ont cessé leurs activités dans l’attente des procédures de dissolution (+24,5%) et 12.200 sont définitivement fermées (+ 17,8%). En moyenne, près de 10.700 sociétés se sont retirées du marché chaque mois.

La 4e vague épidémique et les mesures de distanciation sociale successives ont gravement affecté les activités commerciales, en particulier dans les provinces du Sud. Hô Chi Minh-Ville compte, à elle seule, 24.000 entreprises sorties du marché depuis le début de l’année, soit 28,1% du total national, en hausse de 6,6% par rapport à 2020.

La ville de Cân Tho - métropole du delta du Mékong - compte environ 9.800 sociétés, sur un total de plus de 10.000, obligées de suspendre temporairement leurs activités en prévention de l’épidémie. Dans les seules ZI de Cân Tho, 1.030 entreprises sur 1.090 ont dû fermer temporairement, soit 94,5%, avec plus de 65.000 travailleurs en chômage technique. Pendant ce temps, en dehors des parcs industriels, seules six sociétés de plus de 100 employés et 34 de moins de 100 employés ont pu maintenir des activités modérées. Certaines entreprises de Cân Tho fermées depuis plus d’un mois décrivent leur situation : "On est en danger de faillite et sur le point de mourir. On n’est plus en situation de difficultés légères".

Encore un exemple dans la province de Binh Duong (grand centre industriel limitrophe de Hô Chi Minh-Ville), qui affiche le deuxième taux d’infection au COVID-19 après Hô Chi Minh-Ville, avec près de 50.000 cas pour 2,5 millions d’habitants. De nombreuses sociétés rencontrent des difficultés et doivent cesser leurs activités, notamment dans les ZI. Les statistiques du Département des douanes de Binh Duong sur le nombre de déclarations du 15 juillet au 15 août montrent une baisse de 42% et le chiffre d’affaires à l’import-export a diminué de plus de 32% par rapport au mois précédent. En temps normal, plus de 2.000 entreprises effectuent régulièrement des procédures douanières. Depuis la mi-juillet, plus de 600 n’ont plus donné signe de vie.

Assurer la production en toute sécurité

Le vice-Premier ministre Lê Van Thành a signé et promulgué la directive gouvernementale N°27 en date du 3 octobre 2021 sur la relance des activités dans les ZI dans le contexte épidémique.

Les entreprises vietnamiennes s’évertuent à reprendre leur production, contribuant à la croissance économique.
Photo : VNA/CVN

Selon ce texte, le coronavirus a gravement affecté la production et les activités des entreprises ainsi que la santé et la vie des personnes. Grâce aux efforts concertés de l’ensemble du système politique, de la communauté des affaires et des citoyens, la pandémie est progressivement maîtrisée et repoussée.

Afin d’éliminer les difficultés pour les entreprises et d’assurer la production en toute sécurité, le Premier ministre leur a demandé de se coordonner étroitement avec les Comités populaires des villes et provinces du pays pour parvenir à un accord sur les plans de production et de circulation des marchandises, les déplacements et l’hébergement des travailleurs…

Les Comités populaires provinciaux ou municipaux doivent travailler avec le ministère de la Santé afin d’accélérer la vaccination contre le COVID-19 des travailleurs des entreprises et d’envisager la reprise de certains services essentiels au service des employés. Ledit ministère est chargé de publier rapidement des réglementations spécifiques sur la distanciation et les tests du COVID-19 dans le processus d’organisation de la production et des affaires des entreprises. Celui des Communications et des Transports est tenu d’orienter les localités afin d’assurer la circulation des marchandises pour bien servir la reprise des activités de production et de commerce.

Le ministère du Plan et de l’Investissement est chargé de fournir des instructions et des orientations pour lever les difficultés en termes de procédures d’investissement et de développement des infrastructures dans les zones industrielles et économiques. Le ministère des Affaires étrangères est invité à travailler avec celui de la Police et les agences compétentes pour lever les difficultés et obstacles, créer des conditions favorables pour que les experts et travailleurs étrangers puissent entrer dans le pays et se soumettre à une quarantaine conformément aux réglementations du ministère de la Santé. Celui des Finances et la Banque d’État du Vietnam sont priés d’examiner et d’orienter la mise en œuvre des politiques et réglementations sur l’exonération et la réduction des impôts, et de proposer des mécanismes de taux d’intérêt et de soutien au crédit pour les entreprises conformément à la Résolution N°105 du gouvernement en date du 9 septembre 2021.
 
Thê Linh/CVN
 

 
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Des circuits au départ et à destination des Des circuits de visite sont organisés depuis novembre par Saigontourist Travel. Les programmes amènent les voyageurs dans des localités non infectées par le COVID-19, dans le Sud mais aussi le Nord du pays.