24/08/2020 08:55
De nombreux pays, à l'image de la République de Corée, durcissent les restrictions et les contrôles aux frontières par crainte d'une nouvelle vague de COVID-19, qui pourrait être favorisée par le retour des vacanciers, comme en Italie ou en Autriche.
>>Les cas de COVID-19 en Russie atteignent 956.749, en hausse de 4.852
>>Possibilité d’assouplir les restrictions de voyage liées au COVID-19 en septembre


Une femme masquée passe devant une affiche montrant un masque de protection, sur les murs de l'hôtel de ville de Séoul. Photo : AFP/VNA/CVN

Séoul a étendu dimanche 23 août à l'ensemble du territoire sud-coréen les mesures en vigueur dans la région de la capitale, fermant plages, restaurants, bars karaoké et musées et suspendant les rencontres sportives à huis clos.

La République de Corée, un des premiers pays touchés au printemps après la Chine, a fait état dimanche 23 août de 397 nouveaux cas de contamination, la plus forte hausse quotidienne depuis début mars. "Nous sommes au bord d'une épidémie nationale", a déclaré dimanche 23 août le directeur des Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies (KCDC), Jung Eun-kyeong.

Ce pays a jusqu'ici réussi à juguler l'épidémie grâce aux tests et au traçage des personnes contaminées, sans confinement imposé.

En Inde, le seuil des trois millions de cas a été franchi dimanche 23 août , avec près de 70.000 nouvelles contaminations et 912 morts, portant à 56.706 le nombre des personnes ayant succombé à la maladie. Le deuxième pays le plus peuplé de la planète avait instauré un confinement national brutal fin mars, levé début juin pour tenter de ranimer une économie exsangue.

Crainte des cas importés

En Europe, avec les retours de congés, plusieurs pays craignent une flambée de cas importés de l'étranger.

Ainsi, depuis samedi 22 août, l'Autriche arrête chaque voiture en provenance de Slovénie pour enregistrer les données personnelles de tous les passagers, afin de pouvoir tracer les contaminations. D'où des bouchons interminables à la frontière: les vacanciers, notamment allemands et néerlandais, ont patienté à certains endroits jusqu'à dix heures.

Des véhicules d'Autriche, Slovénie et Allemagne notamment attendent au poste-frontière de Macelj entre la Croatie et la Slovénie le 22 août. Photo : AFP/VNA/CVN

Vienne invoque une hausse constante du nombre des contaminations sur son territoire. Un tiers des personnes testées positives depuis un mois venaient de Croatie, une destination au sud de la Slovénie.

L'Italie, premier pays européen touché au printemps, craint également une deuxième vague : elle a enregistré 1.210 nouveaux cas en vingt-quatre heures, confirmant la nette reprise de l'épidémie, liée aux déplacements et au divertissement estival des vacanciers.

La Lombardie (région de Milan) a repris la tête du classement des régions les plus touchées, avec 239 cas supplémentaires, suivie du Latium (région de Rome) et de la région de Venise. Sont notamment montrées du doigt les vacanciers rentrant de Sardaigne (sud), une île épargnée par la première poussée de l'épidémie, mais où les allées et venues de touristes et de fêtards ont contribué à la diffusion du virus.

La situation continue de se dégrader en France, où près de 4.900 nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, selon les chiffres publiés dimanche 23 août par les autorités.

À Paris, de strictes mesures ont été mises en place pour encadrer la foule attendue pour l'après-finale de la Ligue des champions qui oppose dimanche 23 août le Bayern Munich au Paris Saint-Germain : la police fera évacuer les Champs-Élysées deux heures après la rencontre et sanctionnera l'absence de masque. L'épidémie "ne s'est jamais arrêtée... Elle a seulement été contrôlée pendant le confinement puis le déconfinement progressif", a mis en garde le ministre français de la Santé Olivier Véran.

En Allemagne aussi, le nombre des nouvelles contaminations a fortement progressé ces derniers jours, en raison du retour massif de touristes allemands qui ont passé leurs vacances dans des zones à risque à l'étranger, selon les autorités.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Vieux quartier de Hanoï, rendez-vous de la Fête de lune  Cette année, la Fête de la mi-automne est prévue du 17 septembre au 1er octobre au marché Dông Xuân dans l’arrondissement Hoàn Kiêm, à Hanoï.