23/08/2020 15:00
Des pays comme la République de Corée dimanche 23 août optent pour des restrictions accrues, fermant plages et restaurants, pour essayer d'éviter une seconde vague de COVID-19, alors que les retours de vacances sont pointés du doigt comme une source de contagion, comme en Italie.
>>COVID-19 : plus de 230 Vietnamiens rapatriés de République de Corée
>>Coronavirus : les mesures de restriction se multiplient

Une supporter de l'équipe de foot Atlas porte un double-masque avant le début d'un match au Mexique à Guadalajara, le 22 août. Photo : AAFP/VNA/CVN

Séoul étend à l'ensemble de son territoire à partir de dimanche 23 août les restrictions déjà en vigueur dans la capitale, des rencontres sportives à huis-clos à la fermeture des musées.

La décision a été prise après que le pays, qui avait jusqu'ici réussi à juguler l'épidémie grâce à une stratégie très poussée de tests et de traçage des personnes infectées, a enregistré plus de 300 nouveaux cas de COVID-19 cas durant deux jours consécutifs, un record depuis mars.

"Nous sommes dans une phase très fragile qui pourrait voir le début d'une seconde vague nationale", a dit craindre le ministre de la Santé Park Neung-hoo lors d'un point-presse samedi 22 août.

En Europe, la crainte d'une seconde vague est également forte, notamment en Italie.

La région de Rome a en effet enregistré en 24 heures un nombre record de nouveaux cas depuis le début de la pandémie en mars, en majorité liés à des retours de vacances.

Sont notamment montrés du doigt les retours de Sardaigne, dans le sud de l'Italie, qui avait été épargnée par la première vague du virus, mais où les allées et venues de touristes et fêtards peu précautionneux ont contribué à la diffusion du virus.

Face à cette flambée, le président de la région Latium, Nicola Zingaretti, a demandé la mise en place "d'urgence des contrôles avec tests sur les lieux d'embarquement" au départ de l'île.

En Allemagne aussi, le nombre de nouvelles contaminations a fortement progressé ces derniers jours, en raison du retour massif de touristes allemands qui ont passé leurs vacances dans des zones à risque à l'étranger, selon les autorités.

En Irlande, les autorités ont décidé cette semaine de durcir les restrictions sur les rassemblements, avec six personnes maximum dans un même lieu clos.

Dans ce contexte, un dîner de gala organisé en violation des restrictions sanitaires provoque une tempête sur la classe politique : le Premier ministre Micheal Martin a annoncé dimanche 23 août convoquer le Parlement et a appelé le commissaire européen au Commerce Phil Hogan à démissionner.

Préparation de la rentrée

Une voyageuse à l'aéroport international Sulaimaniyah, en Irak, le 2 août.

Photo : AFP/VNA/CVN

En Irlande comme ailleurs en Europe, les autorités préparent la rentrée scolaire, alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a préconisé le port du masque pour les "enfants âgés de 12 ans et plus dans les mêmes conditions que les adultes".

La France a quant à elle imposé le port "systématique" du masque dans les salles de cours au collège et lycée à la rentrée de septembre.

Au niveau mondial, le bilan de la pandémie a dépassé samedi 22 août les 800.000 morts.

L'Amérique latine et les Caraïbes sont la région la plus endeuillée avec plus de 255.000 morts. Plus de la moitié des décès dus au COVID-19 sur la planète ont été enregistrés dans quatre pays : les États-Unis, le Brésil, le Mexique et l'Inde.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Tourisme de santé : un potentiel inexploité au Vietnam L'épidémie qui fait rage et la pollution croissante de l'environnement sont la raison pour laquelle le tourisme de santé est devenu une tendance dans le monde. En particulier, la période post-COVID-19 est considérée par les experts bénéfique pour tous les types de services de santé.