23/03/2019 07:36
Dans le district insulaire de Cô Tô, province de Quang Ninh, au Nord, les récifs coralliens jouent un rôle important dans la protection des ressources aquatiques et le développement touristique. Pourtant, ils font face à de graves menaces. Solutions.
>>Près de 12.000 espèces marines au Vietnam
>>La fréquence du blanchissement des récifs coralliens s'accélère

Les récifs coralliens attirent plongeurs et touristes.

La région maritime de Cô Tô est bien connue pour ses grands récifs coralliens. Ils sont l’un des écosystèmes les plus productifs et les plus riches en biodiversité. Les massifs coralliens  procurent en effet des niches écologiques à de nombreux animaux qui y trouvent nourriture, refuge, protection et abri. De très nombreuses espèces de poissons en sont donc dépendantes. Ils attirent aussi plongeurs et touristes, et protègent les côtes contre les ravages des tempêtes. Selon les estimations des scientifiques, en moyenne, chaque 1 km² de récifs coralliens pourrait apporter quelque 100.000 dollars en termes d’exploitation des produits aquatiques et 400.000 dollars d’activités touristiques. 

Des écosystèmes fragiles et menacés

Depuis des années, les massifs coralliens de l’île de Cô Tô font face à une grande variété de menaces qui ne cessent de s’intensifier, notamment surpêche, pêche destructive, pollution causée par les activités industrielles et touristiques.  Ainsi, pendant longtemps, de nombreux pêcheurs locaux ont utilisé des méthodes d’exploitation destructives dont explosifs et poisons. La surpêche a conduit à un épuisement des stocks de poissons. De plus, le développement du littoral, le trafic maritime et l’aquaculture ont pollué les eaux et induit des modifications des courants. Avec comme conséquence un recul des zones coralliaires.

Le changement climatique vient s’ajouter à ces menaces. Les températures élevées entraînent un blanchissement des coraux (une manifestation du stress thermique), détruisent leurs algues symbiotiques, les rendant plus vulnérables aux maladies.

Un rapport sur le programme de protection et de développement des ressources aquatiques de Quang Ninh d’ici 2020 et à l’horizon 2030 montre que les zones coralliaires de Cô Tô ont énormément reculées. Cô Tô est même l’une des régions du pays ayant connu la vitesse de dégradation des coraux la plus rapide ces dernières années. Le nombre d’espèces de coraux a aussi chuté, ne subsistant que les plus résistantes.

Leur destruction met non seulement en péril les écosystèmes et les espèces marines mais affectent aussi directement les communautés tributaires. En effet, la mort des coraux conduira inévitablement à l’extinction des espèces qui leur sont inféodées. Les coraux ont une place importante dans la chaîne alimentaire et leur disparition entraînerait un déséquilibre de celle-ci. Actuellement, de nombreuses espèces aquatiques de haute valeur économique à Cô Tô sont devenues rares ou ont même disparu comme le homard ou l’oreille de mer. La disparition des récifs coralliens aura aussi des répercussions directes  sur le tourisme car ils sont une attraction majeure. Or Cô Tô compte faire du tourisme le fer de lance de son économie.

Des mesures de protection et de restauration sont à l’étude. Dans le cadre de l’Aménagement du réseau de Réserves maritimes du Vietnam d’ici 2020, approuvé par le Premier ministre, il est prévu que le district dispose d’une réserve maritime de 7.850 ha, dont 3.900 ha sur mer. Mais,  pour diverses raisons, jusqu’à maintenant, cette réserve n’a pas vu le jour.

Projet de création de récifs artificiels

Des récifs coralliens à Cô Tô.

Récemment, le Comité populaire de la province de Quang Ninh a confié au Service provincial de l’agriculture et du développement rural la mise en œuvre du projet de création de récifs artificiels au service de la reproduction des coraux. Ce projet qui coûte plus de 3 milliards de dôngs a pour objectif de créer, d’ici la fin de cette année, 8.700 m² de récifs artificiels. D’après Nguyên Van Công, vice-directeur dudit service, il s’agira d’une des mesures les plus efficaces pour restaurer, régénérer et protéger les ressources aquatiques. En outre, le Service provincial de l’agriculture et du développement rural envisage de réaliser un projet de bouturage (reproduction asexuée) d’espèces particulières afin d’améliorer l’efficacité de la restauration récifale.

Texte et photos: Huong Linh-QN/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le tourisme vietnamien sera présenté en Chine en mai Le programme de présentation du tourisme vietnamien en Chine constitue le point d’orgue des activités la branche touristique dans les temps à venir. Cette information a été donnée par le porte-parole du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, Nguyên Thai Binh, lors d’une conférence de presse périodique de ce ministère tenue le 17 avril à Hanoï.