07/04/2021 09:12
La Commission conjointe du Plan d'action global conjoint (PAGC), nom officiel de l'accord international de 2015 sur le programme nucléaire iranien, a repris ses discussions mardi 6 avril à Vienne, avec la levée des sanctions contre l'Iran et les mesures de mise en œuvre des questions nucléaires figurant en tête de l'ordre du jour.
>>Le chef du nucléaire iranien promet de "bonnes nouvelles" sur la propulsion nucléaire
>>Iran : discuter de l'éventuel retour américain dans l'accord sur le nucléaire

Séance de négociations sur le nucléaire iranien, le 6 avril à Vienne (Autriche).
Photo : AFP/VNA/CVN

La réunion a attiré l'attention du public alors que des représentants américains sont à Vienne pour sauver l'accord. Celui-ci a été conclu en 2015 avant d'être paralysé par le retrait des États-Unis en 2018 et le retour des sanctions contre l'Iran, puis par les sanctions appliquées en riposte par Téhéran.

Les négociateurs américains et iraniens ne se rencontreront pas en face à face mais tiendront des discussions indirectes avec l'aide intensifiée des coordinateurs, selon un communiqué publié précédemment par le Service d'action extérieure de l'Union européenne.

Washington a déclaré lundi 5 avril que l'objectif de ces pourparlers était de préparer le terrain pour un retour mutuel au respect de l'accord de 2015, mais ne prévoyait pas d'avancée immédiate.

Dans le même temps, Téhéran a exigé la levée totale des sanctions américaines. "La voie est libre. Toutes les sanctions américaines doivent être levées immédiatement", a martelé le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, lors d'une conférence de presse lundi 5 avril. 
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.