12/09/2016 17:50
Le ministère des Affaires étrangères malaisien vient d'annoncer officiellement que son gouvernement a décidé d’autoriser à nouveau le recrutement de travailleurs étrangers, dont les Vietnamiens, dans les trois secteurs de la production, de la construction et de la culture.
>>Plus de 54.000 travailleurs vietnamiens envoyés à l’étranger

Dans un établissement de formation professionnelle à Kiên Giang (Sud).
Photo : Huy Hai/VNA/CVN

D’après les indications du Département de gestion des travailleurs à l’étranger (du ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociles), depuis avril 2002, environ 60.000 Vietnamiens travaillent en Malaisie. Le marché malaisien de l’emploi est considéré comme convenant à la plupart des travailleurs vietnamiens, notamment ceux issus des régions rurales, montagneuses et peuplées de minorités ethniques, en raison d’une demande de personnel peu qualifié et ne nécessitant qu’une maîtrise modérée du malais.
 
Quelque 7.000 Vietnamiens ont été embauchés chaque année dans ce pays lors de ces dernières années, dans tous les secteurs, excepté celui de la sécurité : électronique, mécanique, transformation des produits maritimes, meubles en bois, textile (pour de nombreuses Vietnamiennes), personnel de maison, restauration, hôtellerie, etc.

Mais en février 2016, le gouvernement malaisien a suspendu le recrutement des étrangers afin de réviser leur statut juridique.

Cette décision du gouvernement malaisien est donc une bonne nouvelle pour les Vietnamiens souhaitant travailler dans ce pays, qui, de fait, y représentent la majorité du personnel étranger.

Kiêu Duc/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.