03/02/2018 10:00
La Commission centrale d’organisation du Parti communiste du Vietnam élabore un plan spécial sur le contrôle du pouvoir et la lutte contre le versement de pots-de-vin pour l’obtention de postes de cadre dans l’appareil d’État. Tous les échelons sont concernés.

>>Plus de contrôles pour en finir avec les versements de pots-de-vin
>>Anti-corruption : pas de repos pour les coupables
>>Mettre un terme aux nominations "suspectes"

Conférence-bilan nationale sur l’édification du PCV en 2017 et la mise en œuvre des tâches de 2018, le 19 janvier à Hanoï. 
Photo : Tri Dung/VNA/CVN

Dans sa conclusion afférente aux faiblesses dans le contrôle du pouvoir, la Résolution du 4e plénum du Comité central (CC) du Parti communiste vietnamien (PCV, XIIe mandat) indique que l’appareil d’État est lourd et inefficace. Le mécanisme de contrôle du pouvoir est lent et reste très perfectible. De plus, le travail de suivi, de contrôle et de surveillance des sanctions disciplinaires est encore beaucoup trop laxiste pour empêcher et faire reculer les phénomènes négatifs qui touchent l’intégralité de l’appareil d’État - des simples administrations publiques aux plus hautes instances du pouvoir en passant par les forces de l’ordre et l’armée - même si des progrès notoires ont été accomplis en ce sens.

Haro sur le "copinage" et les abus de pouvoir

Lors de la récente conférence-bilan nationale sur l’édification du Parti en 2017 et la mise en œuvre des tâches de 2018, le secrétaire général du PCV, Nguyên Phu Trong, a souligné le rôle crucial de la Commission centrale d’organisation dans la sélection et l’organisation du personnel dirigeant. Il a insisté sur le fait que le travail de cadre montrait encore des faiblesses, ce à quoi vient s’ajouter l’absence d’un mécanisme efficace de contrôle du pouvoir et de lutte contre le versement de pots-de-vin pour l’obtention de certains postes. Autre pratique encore répandue : la nomination de proches ou de connaissances à des postes pour lesquels ils ne remplissent pas les critères acquis. De plus, certaines organisations du Parti négligent toujours le travail d’édification du Parti.

Après cette mise au point sans fard, Nguyên Phu Trong s’est penché sur les orientations et tâches de 2018. Il a demandé à ladite commission de concrétiser le programme, la Résolution du XIIe Congrès et les résolutions du CC du PCV sur l’édification du Parti. Il lui a également demandé d’élaborer rapidement un plan de formation des futurs dirigeants des différentes instances du Parti, en privilégiant la préparation des personnes susceptibles d’occuper des postes stratégiques. Ce plan sera soumis au 7e plénum du CC du Parti (XIIe mandat).

De plus, pour que ce travail s’inscrive dans la continuité, il est temps d’entamer les préparatifs du XIIIe Congrès national et des conférences des organisations du Parti de divers échelons, exercice 2020-2025. Enfin, pour en revenir aux problèmes actuels, Nguyên Phu Trong a affirmé la nécessité de lutter contre la corruption dans le travail du personnel, mais aussi contre les phénomènes négatifs tels que l’individualisme, les intérêts de groupe et le factionnalisme, en inéquation complète avec la ligne du Parti.

Selon Nguyên Thanh Binh, chef adjoint permanent de la Commission centrale d’organisation du PCV, le Parti s’intéresse de très près au travail de cadre. "Il faut absolument mettre au point un mécanisme efficace de contrôle du pouvoir et de lutte contre les versements de +dessous-de-table+ pour l’obtention des postes. C’est un problème qui gangrène tous les échelons du Parti et auquel le secrétaire général Nguyên Phu Trong veut absolument remédier", a souligné Nguyên Thanh Binh.

"Il faut déterminer à quand débute l’abus de pouvoir dans le travail de cadre, sachant que les signes d’une telle situation sont faciles à déceler. Ils sont à rechercher du côté de l’organisation, de la nomination, du recrutement et de la rotation du personnel", a, de son côté, estimé le général Nguyên Van Thành, vice-ministre de la Police.

Le PCV s’intéresse de très près au travail de cadre.
Photo : VNA/CVN

Afin de parvenir aux objectifs de prévention et de lutte contre la corruption, le vice-ministre de la Police a fait les propositions suivantes : "Il faut avoir un statut et une réglementation claire et sanctionner rigoureusement les violations, sans exception. En outre, un mécanisme et des politiques de récompense raisonnables en faveur des cadres sont indispensables. Et pour éviter toute situation d’abus de pouvoir, il faut renforcer les contrôles. Il n’y a pas d’autre alternative".

Prôner l’ouverture et la transparence

Ces dysfonctionnements, s’ils sont inexcusables, s’expliquent notamment par le manque de contrôle du pouvoir sur ses cadres et le laxisme dans le travail de prévention et de lutte contre le versement de pots-de-vin. D’où la nécessité absolue d’agir sur ces points, sachant qu’une partie des cadres et des membres de l’organisation du Parti montrent des signes de dégradation en matière d’idéologie politique, de sens de l’éthique et de mode de vie. Le pouvoir parle dans ce cas d’"auto-évolution" et d’"auto-transformation" au sein du Parti, ce qui, en d’autres termes, signifie que ces cadres tentent de tracer leur propre sillon au mépris de la ligne directrice du Parti.

Pire, certains dirigeants et gestionnaires défendent encore le versement de pots-de-vin pour s’accaparer un poste, une pratique qui "n’est rien d’autre que de la corruption", a affirmé sans équivoque Hô Duc Phoc, l’Auditeur général de l’État. Et de parvenir à la conclusion suivante : "Afin de réduire la corruption, il faut mettre l’accent sur le régime de récompenses, choisir exactement les chefs sans autre considération que leurs aptitudes professionnelles. En outre, il est important de prêter attention à l’éducation morale, idéologique, à la critique et l’autocritique, ainsi que de mettre en exergue la responsabilité et l’exemplarité des cadres et membres du Parti". 

Huong Linh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Lâm Dông crée une percée dans son agritourisme Ces dernières années, l’agrotourisme a pris son envol dans la province de Lâm Dông, au Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre). Un type de tourisme lié étroitement à l’agriculture high-tech.