27/02/2019 21:49
La présidente de l’Union des associations d’amitié au Vietnam (UAAV), Nguyên Thi Phuong Nga, a remercié le 26 février à Hanoï, Peace Trees Vietnam (PTVN), les donateurs, les amis et les partenaires pour leur soutien aux efforts de déminage au Vietnam.

>>Roots of Peace honorée pour ses contributions au redressement d’après-guerre au Vietnam
>>Coopération vietnamo-sud-coréenne dans le règlement des conséquences des bombes
>>De nouveaux efforts pour régler les conséquences des bombes et mines
 

 Réception de la délégation de Peace Trees Vietnam à Hanoï
Photo: vufo.org.vn/CVN 


En recevant la délégation des donateurs de PTVN conduite par son ancien directeur exécutif et conseiller Robert Stokes, elle a dit que les aides de PTVN ont contribué à guérir les séquelles de la guerre, à rétablir la confiance et à renforcer l’amitié entre les peuples des deux pays.


Ses programmes d’assistance sociale et économique en faveur des victimes des bombes et des mines, des minorités ethniques, des pauvres, en particulier des femmes et des enfants, ont apporté de nombreux avantages aux communautés locales, a-t-elle fait savoir.


Nguyên Thi Phuong Nga s’est déclarée convainçue que le Vietnam continuerait d’obtenir le soutien des amis internationaux aux règlements des conséquences de la guerre au Vietnam.


Robert Stokes a indiqué pour sa part que PTVN, première ONG américaine autorisée par le gouvernement vietnamien à opérer dans ce domaine, a coopéré en 2005 avec le Comité populaire de la province de Quang Tri (Centre) pour la mise en place de l’équipe de déminage mobile axé sur le déminage dans le district de Huong Hoa.


Peace Trees VietNam a octroyé des prêts sous forme de crédit à 250 familles ayant des victimes des bombes et des mines et à des femmes déshéritées pour développer l’économie familiale. Depuis 2005, elle a offert plus de 2.054 bourses d’études aux élèves, victimes des bombes et des mines ou aux enfants des victimes des bombes et mines, afin de les aider à poursuivre leur scolarité et se réinsérer à la société.


Les bombes et mines non explosées abandonnés après les conflits du passé sont restées une menace quotidienne pour les populations et un casse-tête pour les gouvernements de nombreux pays du monde entier, y compris le Vietnam.
 

On estime que plus de 6,1 millions d’hectares de terres, soit 18,71% de la superficie nationale, sont contaminés par environ 800.000 tonnes de bombes, mines et d’engins non explosés (UXO), dispersés dans les 63 villes et provinces, notamment dans le Centre du pays.


Depuis 1975 à aujourd’hui, les bombes et les mines non explosées ont provoqué la mort de plus de 40.000 personnes et blessé 60.000 autres, dont beaucoup sont des soutiens de famille et des enfants.


VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

Prix bas pour rencontres riches Ces dernières années, le fait de passer ses nuits en dortoir est devenu une pratique de plus en plus répandue parmi les visiteurs à Dà Nang. Explications.