31/01/2020 17:06
Le Conseil de sécurité de l’ONU a organisé jeudi 30 janvier une séance de discussion sur la promotion de la coopération entre l’ONU et l’ASEAN dans le maintien de la paix et de la sécurité internationale sous l'égide du Vietnam, pays qui assume la présidence dudit conseil en janvier 2020.
>>Déclaration de presse du président de la réunion restreinte des ministres des AE de l’ASEAN
>>ASEAN 2020: conférence restreinte des ministres des AE de l'ASEAN
>>Le Vietnam s’efforce de construire une ASEAN cohésive et réactive

La séance de discussion sur les relations de coopération ONU - ASEAN dans le maintien de la paix et de la sécurité internationale, le 30 janvier à New York.
Photo : VNA/CVN

La séance de discussion sur la promotion de la coopération entre l’ONU et l’ASEAN a vu également la participation du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et le secrétaire général de l’ASEAN, Lim Jock Hoi. M. Antonio Guterres a noté la contribution de longue date des membres de l’ASEAN aux missions de maintien de la paix de l’ONU. 

Il a ensuite rappelé les efforts diplomatiques, de prévention des conflits et de consolidation de la paix de l’ASEAN depuis sa création en 1967. En 2011, le Conseil de sécurité a appuyé les efforts de l’ASEAN pour régler pacifiquement les différends frontaliers entre la Thaïlande et le Cambodge. 

Plus récemment, l’engagement de l’ASEAN s’agissant de la situation dans l’État rakhine au Myanmar a été d’une importance considérable pour l’ONU. Il a d’ailleurs souligné la nécessité de trouver une solution au sort des personnes déplacées et des réfugiés vivant dans des conditions précaires. 

"Notre coopération renforcée avec l’ASEAN est cruciale pour contribuer à l’avancement de mesures concrètes, dans le respect des principes humanitaires et des recommandations de la Commission consultative sur l’État Rakhine", a dit le secrétaire général.

Antonio Guterres a aussi salué le dialogue constructif entre l’ASEAN et la Chine pour le maintien de la paix et de la sécurité maritime dans la région et souhaité la conclusion du Code de conduite en Mer Orientale afin de prévenir les différends maritimes.

Questions mondiales

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s'exprime lors de l'événement, le 30 janvier à New Yok. Photo : VNA/CVN

Il a ensuite évoqué la situation "profondément préoccupante" dans la péninsule coréenne, avant de saluer les efforts de l’ASEAN en vue de promouvoir la paix et une dénucléarisation complète et vérifiable. Alors que l’Indonésie et le Vietnam seront membres actifs de ce Conseil en 2020, il a espéré que des liens plus forts seront forgés entre l’ASEAN et l’ONU afin de renforcer les efforts diplomatiques dans la péninsule.

Le secrétaire général a identifié de multiples domaines potentiels d’une coopération pratique entre l’ASEAN et l’ONU, en citant d’abord le maintien de la paix, en particulier s’agissant de la formation ou du renforcement de la participation des femmes aux processus de paix.

Deuxièmement, l’ONU est prête, concrètement, à renforcer sa coopération technique, en particulier avec l’Institut pour la paix et la réconciliation de l’ASEAN.

En troisième lieu, l’ONU va renforcer encore son soutien technique à l’ASEAN dans la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent, a-t-il dit.

Quatrièmement, le secrétaire général a indiqué que les deux organisations reconnaissent l’urgence d’améliorer la gestion des frontières pour remédier aux menaces sécuritaires transfrontalières.

Pour son cinquième point, le Secrétaire général a indiqué que l’ASEAN et l’ONU pourraient explorer des mécanismes d’alerte précoce et d’analyse de menaces, que ces menaces découlent des inégalités économiques ou qu’elles soient émergentes, comme celles liées aux discours haineux ou à la cybersécurité.

Sixièmement, la crise climatique, a déclaré M. Antonio Guterres, en rappelant que quatre États membres de l’ASEAN figurent parmi les 10 pays les plus touchés par les changements climatiques au monde.  "Nous espérons renforcer nos liens avec les pays de l’ASEAN dans l’adoption des mesures urgentes en vue de renforcer leur adaptation et résilience face aux désastres", a-t-il ajouté.

"Je suis profondément convaincu de la valeur de la coopération entre l’ONU et l’ASEAN pour la paix, la sécurité et le développement durable", a conclu le secrétaire général.

Résultats "remarquables"

S’exprimant au nom du Vietnam, l’ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès de l’ONU a estimé que pour l’ONU, l’ASEAN est un partenaire important, actif et fiable, aux résultats "remarquables" dans le domaine de la paix et de la sécurité.

L’ambassadeur Dang Dinh Quy (1er plan, 2e à gauche), chef de la Mission permanente du Vietnam auprès de l’ONU, le 30 janvier à New York.
Photo : VNA/CVN

L’ASEAN, s’est-il enorgueilli, est reconnue pour le succès qu’elle a connue en transformant l’Asie du Sud-Est en une région d’amitié et de coopération, jouant un rôle crucial dans le maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la région et au-delà. 

''Nous sommes convaincus qu’avec son dévouement, ses efforts et une expérience qui s’étale sur plus de cinq décennies, l’ASEAN peut apporter une contribution encore plus grande au travail des Nations unies'', a confessé le représentant. 

Il s’est félicité de la Déclaration conjointe de 2011 sur le partenariat global entre les deux institutions et le Plan d’action sur la mise en œuvre de ladite Déclaration pour la période 2016-2021.  Le fait que plus de 90% du Plan d’action ait déjà été appliqué témoigne de l’engagement ferme de l’ONU et de l’ASEAN d’élargir l’ampleur et d’approfondir le niveau de leur coopération, s’est réjoui le représentant.

Des problèmes comme le terrorisme, la criminalité transnationale organisée, la traite des êtres humains, la cybersécurité ou encore les changements climatiques nécessitent une collaboration effective et efficace entre l’ONU et l’ASEAN que ce soit dans le renforcement des capacités ou l’échange d’informations, des enseignements tirés de l’expérience et des pratiques exemplaires.  On ne saurait surestimer la "centralité" de l’ASEAN dans l’architecture régionale comme on ne saurait celle de l’ONU dans le système multilatéral.

Il est essentiel d’appuyer l’ONU et l’ASEAN dans la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de la Vision 2025.  Président de l’ASEAN en 2020 et membre du Conseil de sécurité, le Vietnam entend travailler à un partenariat plus fructueux entre l’ONU et l’ASEAN. 

Il appelle à un soutien aux trois priorités de 2020, à savoir une participation renforcée des membres de l’ASEAN aux opérations de paix de l’ONU; la promotion de l’agenda femmes, paix et sécurité aux niveaux régional et national; et la mise en œuvre de feuilles complémentaires sur le Programme 2030 et la Vision 2025. 

Le Vietnam propose d’ailleurs la convocation d’un dialogue de haut niveau sur le développement durable entre l’ONU et l’ASEAN dans le cadre du Sommet ONU - ASEAN qui se tiendra plus tard dans l’année, a indiqué l'ambassadeur Dang Dinh Quy.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : les entreprises touristiques renforcent la sécurité Face à la situation compliquée de l'épidémie de COVID-19, le Service du tourisme de Hanoï a ordonné aux unités, aux entreprises, aux organisations et aux particuliers de renforcer les mesures de sécurité dans la lutte et la prévention de la pandémie ; d’estimer les effets de cette épidémie sur le secteur du tourisme.