02/08/2020 07:33
Avec chaque trait dessiné à la main, Ngô Thi Thiên Trang applique des peintures vives sur l’áo dài, la tunique fendue traditionnelle des Vietnamiennes. Selon elle, outre garantir la qualité des productions, les stylistes doivent également saisir les tendances de l’art contemporain.
>>L’áo dài au coeur de la culture vietnamienne
>>L'áo dài aspire à devenir patrimoine culturel immatériel
>>La tunique traditionnelle, star du podium

Les créateurs de peintures sur l’áo dài doivent saisir les tendances de l’art contemporain.  
Photo : Vy Vy Design/CVN

Ngô Thi Thiên Trang, 38 ans, propriétaire de la boutique Vy Vy Design dans l’arrondissement de Go Vâp, à Hô Chi Minh-Ville, a commencé la peinture sur l’áo dài il y a près de 20 ans. "Je pratique cette profession depuis mon plus jeune âge. Donc, il n’est pas difficile pour moi de créer un beau dessin sur l’+áo dài+. Mais l’identification de nouveaux clients-cibles et des motifs préférés sur le marché représente une des tâches les plus importantes de chaque boutique. On ne peut pas toujours dessiner ce qu’on aime car les goûts et les couleurs dans la mode changent continuellement et on doit d’abord satisfaire les besoins de sa clientèle", affirme-t-elle.

Selon Thiên Trang, pour survivre dans ce domaine, il est nécessaire de faire attention à la qualité des produits et d’écouter les clients. Tout d’abord, il faut anticiper leurs besoins, leurs goûts et leurs habitudes. Puis il importe de saisir les nouvelles tendances de l’art contemporain. Par exemple, si les clients aiment le motif des grues, il faut imaginer et créer de nouveaux styles pour qu’ils aient le choix. Chaque dessin doit être traité avec patience même si l’on a peu de temps pour le créer.

La propriétaire de la boutique Vy Vy Design, Ngô Thi Thiên Trang, peint sur l’áo dài. 
Photo : Vy Vy Design/CVN

Pour obtenir une belle peinture, les artistes doivent passer par de nombreuses étapes : la conception, l’esquisse, la coloration, le séchage des couleurs… Et chacune d’entre elles demande d’être particulièrement prudente et méticuleuse. Et pour faire la différence, les créateurs esquissent directement le dessin au crayon sur l’áo dài. Ainsi, l’œuvre artistique sera bien réelle et pourra prendre vie dès le début.

D’après Ngô Thi Thiên Trang, le revenu mensuel dans sa profession actuelle est de 10 à 12 millions de dôngs par personne. En outre, elle recevra un bonus si la boutique doit faire face à une croissance des commandes.

Les motifs à la mode

"Actuellement, les clients aiment les motifs de décoration à la mode tels que le lotus, la fleur de pêcher, la grue, l’imagerie populaire de Dông Hô, etc. Le temps de perfectionnement d’une œuvre sur l’+áo dài+ dépend de la sophistication du dessin et aussi des tissus utilisés, comme la soie ou le velours", précise Ngô Thi Thiên Trang.

Deux motifs sur l’áo dài les plus prisés de la boutique Vy Vy Design.
Photo : Vy Vy Design/CVN

En moyenne, "il me faut un jour et demi pour finir un dessin sur la tenue, en fonction de la demande des clients. Certains aiment par exemple avoir des dessins qui combinent motifs brodés et perles...", ajoute-t-elle. Pour vivre en congruence avec son métier, on doit d’abord avoir un talent et une passion. "J’ai choisi ce métier pour gagner ma vie. Dès ma plus tendre enfance, j’ai été passionnée par le dessin. Chaque fois que je dessine sur un +áo dài+, je ressens beaucoup de satisfaction et de joie", raconte cette peintre de 38 ans.

"Quand j’ai reçu mon costume, j’ai été surprise car il était encore plus beau que ce à quoi je m’attendais. La peinture est jolie avec des traits bien dessinés", raconte une cliente de la boutique Vy Vy Design.

Nguyên Tùng/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

L'île de Phu Quôc développe une agriculture écologique liée au tourisme Le district insulaire de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), est déterminé à développer un modèle de production agricole écologique associé aux services et au tourisme afin de créer plus de produits touristiques d'ici 2025 et à l'horizon 2030.