13/01/2018 18:23
Traditionnellement, les H’mông sont un peuple forgeron. Autrefois, toutes les familles disposaient d’un four pour fabriquer leurs propres outils agricoles et ustensiles ménagers. 
>>Le village des forgerons de Da Sy
>>Le dernier forgeron du Vieux quartier de Hanoï

Vente de produits de forge artisanale des H’mông au marché.
Photo : baodienbienphu.info.vn

Modernisation oblige, les machines ont peu à peu remplacé les hommes, mais les produits de forge artisanale des H’mông conservent toujours leur popularité.

Trang A Cho, qui habite au district de Van Ho, à Son La, fait partie des rares H’mông à pratiquer encore la forge à l’ancienne. Cela fait une bonne trentaine d’années, déjà, mais les clients lui restent fidèles.   

"Au début, je ne fabriquais des objets que pour la famille", dit-il. "Chaque année, je n’allumais mon four que deux ou trois fois. Mais d’autres familles sont venues acheter mes produits, et le bouche-à-oreille a fait le reste. Certains viennent commander des couteaux en apportant un modèle, et là aussi, je peux répondre à leur demande".

Trang A Cho a ses petits secrets, bien sûr. C’est ainsi que selon lui, la meilleure matière première pour faire un couteau provient des ressorts à lames d’automobile de l’ex-Union soviétique. Fait de cette matière, le couteau sera à la fois coupant et flexible, assure-t-il. En ce qui concerne la trempe, le couteau doit être trempé dans de la sève de bananier qui la rendra brillant et solide, précise Trang A Cho.

Maintenir le feu de la tradition

Le four des H’mông ne fonctionne pas au charbon mais au feu de bois ou de vieux bambous.
Photo : baotienphong.com

Le four des H’mông ne fonctionne pas au charbon mais au feu de bois ou de vieux bambous. Mais aujourd’hui, ils utilisent des machines pour certaines étapes comme le soufflage et l’aiguisement, même si dans la quasi-totalité des cas, les outils traditionnels ont encore la cote. L’artisanat H’mông continue ainsi de donner des produits solides et sophistiqués.

"Dans certains endroits, les H’mông ont réussi à préserver leur métier traditionnel de forgeron. Certes, ils fabriquent essentiellement des outils agricoles pour leurs familles, plutôt que pour les vendre au marché. Mais l’important est que cette activité contribue pour une part très importante à la préservation de l’identité culturelle des H’mông", explique Nguyên Van Thu, chercheur en cultures ethniques.

Les forges traditionnelles se raréfient, et ceux qui gardent leur four allumé maintiennent aussi le feu de la tradition.
 
VOV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante