07/07/2020 08:46
Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont repoussé à mardi 7 juillet la reprise de leurs négociations visant à surmonter les divergences importantes qui persistent sur leur relation post-Brexit, avec un calendrier de plus en plus serré pour éviter un "no deal" risqué économiquement.
>> Les négociations reprennent à Londres, après une semaine difficile à Bruxelles
>>Merkel lance sa présidence de l'UE par une mise en garde sur le Brexit

Négociations sur le Brexit au siège de l'Union européenne à Bruxelles, le 29 juin. Photo : AFP/VNA/CVN

Sorti de l'UE le 31 janvier après 47 ans d'un mariage houleux, le Royaume-Uni négocie désormais avec Bruxelles pour tenter d'établir une relation commerciale avantageuse avec le bloc européen à la fin de la période de transition, fixée au 31 décembre.

Après des semaines de visioconférences en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, une première série d'entrevues en face à face la semaine dernière à Bruxelles, avec les négociateurs en chef Michel Barnier et David Frost, s'est achevée sur le constat commun que d'importantes divergences demeurent.

Prévue initialement pour lundi 6 juillet, la reprise des pourparlers a été repoussée à la dernière minute à mardi 7 juillet, ont indiqué les deux parties sans donner de raison.

Les négociations doivent se tenir selon Downing Street de manière "légèrement plus informelle" que les précédentes. "L'objectif est de voir quels progrès peuvent être accomplis", a précisé un porte-parole du Premier ministre britannique Boris Johnson.

Selon un porte-parole de la Commission européenne, la semaine devrait être marquée par "une série de rencontres au niveau technique entre experts" entre mardi 7 juillet et jeudi 9 juillet.

Michel Barnier est attendu à Londres pour rencontrer David Frost en marge de ces réunions, a précisé une source européenne.

La date butoir approche pourtant à grands pas, et avec elle le risque d'un "no deal" dévastateur pour des économies déjà très fragilisées par la pandémie de nouveau coronavirus.

Boris Johnson souhaite être fixé dès juillet sur la possibilité de cet accord, tandis que les Européens visent le mois d'octobre, estimant que cela laisse suffisamment de temps aux États membres et au Royaume-Uni pour ratifier le traité sur leur nouvelle relation, qui entrerait en vigueur le 1er janvier 2021.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

L'île de Phu Quôc développe une agriculture écologique liée au tourisme Le district insulaire de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), est déterminé à développer un modèle de production agricole écologique associé aux services et au tourisme afin de créer plus de produits touristiques d'ici 2025 et à l'horizon 2030.