31/08/2018 15:39
La Jordanie a annoncé l’organisation d’une conférence à New York pour soutenir l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) qui a besoin de 200 millions de dollars (170 millions d’euros) d’ici la fin de l’année pour remplir sa mission.

>>Washington annule 200 millions de dollars d'aide aux Palestiniens
>>Le chef du Hamas et l'envoyé spécial de l'ONU discutent de la situation humanitaire à Gaza

Une fillette palestinienne joue dans le camp de réfugiés palestiniens de Khan Younès à Gaza, le 25 août. 
Photo: AFP/VNA/CVN


L’UNRWA, qui aide plus de trois millions de Palestiniens sur les cinq millions enregistrés comme réfugiés -notamment à travers ses écoles et ses centres de santé- se trouve en sérieuses difficultés après la décision des États-Unis de réduire drastiquement les versements qu’ils lui font habituellement.

D’ici à fin septembre, "l’
UNRWA n’aura plus un sou", a averti mercredi 29 août son porte-parole, Chris Guness. Même si les écoles de l’agence ont pu accueillir 526.000 enfants réfugiés pour la rentrée dans les Territoires palestiniens, au Liban, en Syrie et en Jordanie, elles pourraient fermer avant la fin de l’année faute de ressources.

"Nous organisons le 27 septembre, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, une conférence parrainée par la Jordanie, la Suède, le Japon, la Turquie et l’Union européenne avec pour objectif d’apporter un soutien financier et politique à l’
UNRWA", a affirmé le chef de la diplomatie jordanienne Ayamne Safadi.

L’objectif est de "combler le déficit et mettre en place un plan assurant à l’
UNRWA un financement constant et continu pour les années à venir", a expliqué M. Safadi lors d’une conférence de presse à Amman, au côté du directeur de l’agence onusienne, Pierre Krähenbühl.

Quant à l’appui politique, "il vise à réaffirmer que l’
UNRWA est une organisation créée par décision de l’Assemblée générale de l’ONU, avec un rôle clair et précis, et ce rôle doit se poursuivre", a-t-il ajouté. L’agence a été créée par l’ONU en 1949 pour soutenir les centaines de milliers de Palestiniens chassé ou ayant fui leurs terres lors de la première guerre israélo-arabe ayant suivi la création de l’État d’Israël.

Dans un contexte de vives tensions américano-palestiniennes -notamment après la reconnaissance unilatérale par Washington de Jérusalem comme capitale d’Israël-, l’administration Trump n’a versé que 60 millions de dollars en 2018 à l’
UNRWA contre 350 millions l’année précédente.

"Nous parlons ici d’être humains. Ce sont des gens qui ont des droits et qui, depuis des décennies, font face à une immense injustice et se trouvent dans une situation désespérée", a rappelé M. Krähenbühl en plaidant pour un soutien continu aux réfugiés. "Nous avons besoin de 200 millions de dollars pour terminer l’année". "L’
UNRWA est déterminée a rester un acteur vital dans la région tant qu’une solution politique n’a pas été trouvée" au conflit israélo-palestinien, a-t-il insisté.

La Jordanie demandera aussi une réunion d’urgence des ministres des Affaires étrangères en marge du sommet de la Ligue arabe prévu le 10 septembre.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.