08/09/2021 08:40
Le COVID-19 a eu un "impact dévastateur" sur la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, qui a connu un recul sans précédent, a déploré mercredi 8 septembre le Fonds mondial de lutte contre ces maladies dans son rapport annuel.
>>Sida : des dizaines de pays ont atteint ou dépassé les objectifs de l'ONU
>>États-Unis : le nombre annuel d'infections au VIH chute fortement 
>>Tuberculose : un nouveau vaccin nécessite plus de fonds
>>Réduction de 70% des cas graves de paludisme grâce à une nouvelle approche

Un homme se soumet à un prélèvement sanguin dans un centre de dépistage du VIH à Rato Dero, au Pakistan, le 26 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN

Pour la première fois depuis sa création en 2002, le Fonds mondial de lutte contre ces maladies fait état de retours en arrière : il s'inquiète notamment de baisses significatives des services de dépistage et de prévention du VIH pour les populations clés et vulnérables, et d'une forte diminution du nombre de personnes testées et traitées pour la tuberculose, avec un impact particulier sur les programmes de lutte contre la tuberculose résistante aux médicaments.

Les chiffres de 2020 "confirment ce que nous redoutions au moment où le COVID-19 est apparu", a résumé Peter Sands, directeur exécutif du Fonds, cité dans le rapport. "L'impact du COVID-19 a été dévastateur. Pour la première fois de notre histoire, nos principaux indicateurs sont en recul".

Le COVID-19 a gravement perturbé l'accès aux systèmes de santé, aux tests de dépistage et aux traitements dans de nombreux pays.

La pandémie a notamment eu des conséquences "catastrophiques" dans la lutte contre la tuberculose. En 2020, le nombre de personnes traitées pour une tuberculose résistante aux médicaments a baissé de 19%. Dans les pays où le Fonds mondial investit, quelque 4,7 millions de personnes atteintes par la maladie ont reçu un traitement, soit environ un million de moins qu'en 2019.

Sur le front de la lutte contre le VIH, l'impact du COVID est également significatif. Si le nombre de personnes positives recevant un traitement antirétroviral a continué d'augmenter, de 9% en 2020, le rapport fait état d'un recul "alarmant" des services de prévention et de dépistage auprès des personnes clés et vulnérables.

Le nombre de personnes touchées par des programmes de prévention du sida a diminué de 11% en 2020, de 12% auprès des plus jeunes populations. Le nombre de traitements administrés aux mères pour empêcher leur bébé de contracter le virus a, lui, baissé de 4,5%.

Innovations

Le dépistage du sida a globalement fléchi de 22%, retardant le début des traitements dans la plupart des pays.

Dans les pays où le Fonds mondial investit, 21,9 millions de personnes étaient sous traitement antirétroviral contre le VIH en 2020, une hausse de 8,8% par rapport à 2019.

Une petite fille reçoit une injection pour soigner son paludisme dans un dispensaire de Ziniare, au Burkina Faso, le 20 août 2019.
Photo : AFP/VNA/CVN

Jusqu'à présent, les programmes de lutte contre le paludisme semblent avoir été moins affectés par le COVID-19, poursuit le rapport.

Le nombre de moustiquaires distribuées a notamment continué de croître, de 17% en 2020. En effet, dans un certain nombre de pays, les volontaires engagés dans la lutte contre la maladie ont délaissé les distributions dans les grands centres, incompatibles avec la pandémie, au profit du porte-à-porte.

Pour autant, le nombre de dépistages de personnes soupçonnées d'avoir le paludisme a baissé de 4,3% en 2020. Et les progrès pour endiguer la maladie ont stagné, déplore le Fonds.

La pandémie de COVID-19 a fait la lumière sur l'"importance cruciale" des systèmes de santé dans le monde, souligne le Fonds.

Quelques lueurs d'espoir cependant : elle a été à l'origine d'un certain nombre d'innovations dont a profité la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Au Nigeria par exemple, l'agence nationale de contrôle du sida a opportunément procédé à des dépistages VIH sur des personnes qui se déplaçaient dans les centres médicaux pour des tests COVID, relate le Fonds. Résultat : les détections de personnes positives ont augmenté.

En 2020, la réponse rapide du Fonds à la pandémie a permis d'éviter le pire, se félicite-t-il également. L'an dernier, il a déboursé 4,2 milliards d'USD pour continuer de lutter contre sida, tuberculose et paludisme

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.