02/08/2017 14:14
En juillet, 6.000 véhicules, notamment voitures finies, ont été importés au Vietnam pour 170 millions de dollars, portant le total depuis janvier à 57.000 unités représentant 1,2 milliard de dollars. Il s’agit d’une baisse de 15% en nombre et de 5,5% en valeur par rapport à la même période de l’année passée, a fait savoir le Département général des statistiques.
>>Environ 35.000 véhicules importés au Vietnam depuis janvier

En juillet, 6.000 véhicules, notamment voitures finies, ont été importés dans le pays pour 170 millions de dollars.
Photo : Trân Viêt/VNA/CVN

Selon les experts, le recul des importations nationales de véhicules est dû à deux raisons principales. Premièrement, beaucoup de consommateurs vietnamiens veulent attendre la suppression de la taxe d'importation frappant les automobiles provenant des pays de l’ASEAN, prévue en 2018. Actuellement, cette taxe est de 30%.

Deuxièmement, l’application de la nouvelle méthode de calcul de la taxe sur la consommation spéciale depuis juillet 2016 qui frappe les importations de véhicules finis a eu des influences sur la décision d’achat des consommateurs. En effet, les automobiles d'une cylindrée comprise entre 2.500 et 3.000 cm3 sont taxées jusqu’à 55%, entre 3.000 et 4.000 cm3, à plus de 90%, et à 150% au-delà. Un grand nombre de véhicules importés sont des véhicules de plus de 3.000 cm3. Par conséquent, les consommateurs ont tendance à s’intéresser plutôt aux voitures d'une cylindrée de moins de 2.500 cm3 pour subir une taxe de seulement 50%.

Entre janvier et juillet, les importations nationales de pièces détachées de véhicules se sont élevées à 1,9 milliard de dollars. Au total, le pays a importé depuis janvier pour plus de 3,1 milliards de dollars de véhicules et composants, soit une baisse de 9,4% en glissement annuel.

CPV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.