03/10/2017 18:06
Le Département de gestion des travailleurs à l’étranger a annoncé le 2 octobre le recrutement de 240 aides-soignants et garde-malades pour travailler au Japon.
>>Inauguration de la polyclinique internationale Vinmec Dà Nang
>>Améliorer les compétences professionnelles des médecins vietnamiens
>>L’Hôpital universitaire de médecine de HCM-V met en service une clinique internationale

La conférence du Département de gestion des travailleurs à l’étranger le 2 octobre à Hanoï.
Photo : Anh Tuân/VNA/CVN

Les candidats choisis partiront travailler au Japon 3 ans au maximum pour les aides-soignants et 4 ans pour les garde-malades. Durant leur séjour, ils participeront à un concours pour obtenir un certificat national du Japon sur leur profession. Avec ce certificat, ils pourront y travailler à long terme.

Pour le poste d’aide-soignant, le salaire sera de 130.000-140.000 yens par mois, pour celui de garde-malade, de 140.000 à 150.000 yens par mois, sans compter des indemnités correspondants à leurs bons résultats de travail.

Les candidats intéressés peuvent envoyer leur CV au Département de gestion des travailleurs à l’étranger entre le 2 et 22 octobre. La date  et le lieu de recrutement seront annoncés sur la page web dudit département: www.dolab.gov.vn; www.molisa.gov.vn; www.hotrolaodongngoainuoc.org.

Pour mettre en œuvre l’accord du partenariat économique Vietnam-Japon (VJEPA), depuis 2012, le Département de gestion des travailleurs à l’étranger a coopéré avec le Japon dans la sélection et l'organisation de cours de langue japonaise en faveur de 960 aides-soignants et garde-malades vietnamiens, dont 673 sont partis travailler au Japon.
VNA/CVN 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.