21/12/2018 09:11
La "première transmission pacifique" du pouvoir en République démocratique du Congo (RDC) attendra encore au moins une semaine: les élections supposées désigner le successeur du président Joseph Kabila ont de nouveau été reportées de sept jours, au 30 décembre.

>>RDC/élections: le Conseil de sécurité appelle toutes les parties à saisir cette "occasion historique"
>>Élections en RDC: incendie dans un dépôt de la Commission électorale 
 

Des policiers de RDC en position devant le siège de la de la commission électorale le 20 décembre. Photo: AFP/VNA/CVN


Fin 2017, puis le 23 décembre 2018, et maintenant le 30 décembre: c'est le troisième report de ces élections générales depuis la fin du deuxième et dernier mandat de M. Kabila le 20 décembre 2016, dans le plus grand pays d'Afrique sub-saharienne, connu pour son instabilité et ses richesses minérales.

La campagne électorale, rattrapée par la violence, s'arrête en revanche dès vendredi 21 décembre, a précisé le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Corneille Nangaa.

Après les élections du 30, les résultats seront annoncés "le plus rapidement possible", a indiqué M. Nangaa, sans autre précision. Plus question du délai d'une semaine pour la proclamation des résultats provisoires prévu initialement.

"Kabila n'a pas l'intention de quitter le pouvoir", s'est énervé Yannick Sadisa, étudiant en droit, et membre du parti historique d'opposition UDPS. "Après la fin de son mandat, il s'est tapé deux ans supplémentaires et aujourd'hui même si on donne sept jours supllémentaires, ça ne va pas suffire. Trop c'est trop".

Au moins cinq manifestants réclamant des élections ont été arrêtés près du siège de l'UDPS où la police a tiré des gaz lacrymogènes, a rapporté un photographe de l'AFP.

Trois principaux candidats se détachent parmi les prétendants à la succession de M. Kabila: son "dauphin", le candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary, et les deux frères ennemis de l'opposition, Félix Tshisekedi (UDPS) et Martin Fayulu.

Les violences pré-électorales ont fait au moins six morts. Plusieurs ont éclaté lors de déplacements de l'opposant Fayulu, dont la popularité ne s'est pas démentie pendant la campagne.

Il est soutenu par deux poids lourds anti-Kabila, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba.

Les élections sont officiellement reportées en raison des conséquences d'un incendie qui a touché un entrepôt de la Céni à Kinshasa le 13 décembre.

D'après la Céni, l'incendie a détruit une bonne partie du matériel électoral destiné à la capitale (huit à 12 millions d'habitants, dont 4,4 millions d'inscrits sur les listes électorales, soit 11% du total).

Ce matériel comprend les "machines à voter" fabriquées par la société privée sud-coréenne Miru Systems.

M. Nangaa assure avoir réussi à remplacer les quelque 8.000 machines brûlées dans l'incendie, mais pas les bulletins de vote qui vont avec.

"Il a donc fallu en commander auprès du fournisseur en République de corée", a assuré M. Nangaa, avançant le chiffre de cinq millions. "Le dernier lot ne peut arriver qu'au soir du samedi 22 décembre".

Les "machines à voter" se présentent sous la forme d'un écran tactile dans lequel l'électeur introduit un bulletin de vote cartonné.

L'électeur ou l'électrice clique ensuite sur la photo et le nom des candidats, avant l'impression du bulletin de vote à glisser dans l'urne pour un comptage manuel.

Pour l'organisation des élections, la Céni refuse l'aide logistique et financière que lui propose la communauté internationale, à commencer par les moyens aériens de l'imposante Mission des Nations unies au Congo (Monusco).


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.

Le parc floral de Hô Tây, une destination prisée à Hanoï D’une superficie de 7.000 m², le parc floral de HôTây, dont les espèces varient au gré des saisons, attire de nombreux Hanoïens mais aussi des visiteurs de tous les coins du Vietnam.