05/08/2017 00:05
Quelque 251 personnes, dont 62 enfants, ont été victimes d'exécutions sauvages entre mars et juin dans la région du Kasaï (Centre de la République démocratique du Congo), perpétrées par des agents de l'État, des milices ou des rebelles, selon un rapport de l'ONU publié vendredi 4 août à Genève.
  >>Une journaliste américaine enlevée en RDC retrouvée "saine et sauve"
>>Au moins 27 morts et 54 disparus dans un naufrage sur la rivière Kasaï en RDC

Des policiers à Kinshasa le 28 novembre 2006. Photo : AFP/VNA/CVN

Le bilan sur victimes d'exécutions dans le Kasaï a été dressé par une équipe d'enquêteurs du Haut-commissariat des droits de l'Homme de l'ONU sur les massacres ethniques dans la région du Kasaï, indique un communiqué du Haut-commissariat.

Parmi ces 62 enfants exécutés, 30 avaient moins de 8 ans. Les exécutions ont été soit "extra-judiciaires" et commises par des agents de l'État, soit commises par des milices de tout bord ou des rebelles, selon l'ONU.
      
"Ce qui est important pour nous, c'est le nombre d'exécutions"
, a indiqué une porte-parole du Haut-commissariat.

Les exécutions ont été commises entre le 12 mars et le 19 juin, indique le Haut-commissariat, qui ajoute que sa Mission en RDC a recensé "au moins 80 charniers dans la région".

Le rapport se fonde sur des entretiens menées par les enquêteurs avec 96 personnes, qui ont fui vers l'Angola voisin, pour échapper aux violences en cours au Kasaï.

"Les survivants ont évoqué les cris de personnes brûlées vives, la vision de leurs proches traqués puis abattus, et leur propre fuite, terrorisés", a déclaré le Haut-commissaire aux droits de l'Homme Zeid Ra'ad al Hussein.

"Ces bains de sang sont d'autant plus terrifiants qu'il sembleraient que les populations sont toujours plus souvent ciblées en raison de leur appartenance ethnique", a-t-il ajouté.

Devant cette situation, le Haut-commissaire adresse un "avertissement très sérieux" au gouvernement de la RDC, "afin d'agir sans délai pour empêcher que cette violence ne bascule dans un processus de purification ethnique à plus grande échelle".
      
En juin dernier, devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève, M. Zeid avait accusé les autorités de la RDC d'armer une milice menant "d'horribles attaques" contre les civils dans la région du Kasaï, en proie à des troubles.
      
Il a dénoncé en particulier une milice, appelée Bana Mura, qui a mené "des attaques horribles contre les groupes ethniques luba et lulua".

Devant cette situation, le Haut-commissaire avait décidé d'envoyer dans la région une équipe d'enquêteurs pour rencontrer les réfugiés ayant fui les violences. C'est le rapport de cette équipe qui a été publié vendredi 4 août.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.