15/11/2017 16:58
Réputée pour ses paysages pittoresques, la province montagneuse de Yên Bái, au Nord-Ouest, est également considérée comme une terre riche en spécialités culinaires. Voici la liste des cinq produits locaux à ne pas rater.
>>Le soleil se lève sur le village de Ngoi
>>Propagation de la culture nationale et jeunesse
>>Le Vietnam, un puissant levier asiatique de la Francophonie
>>L’histoire d’un clou

Doàn Minh Phuong
21 ans
Province de Hà Nam
Táo mèo

Táo mèo est un arbre présent au Nord-Ouest du Vietnam, mais seuls ceux culminant à plus de 1.000 m d’altitude dans les forêts de Mù Cang Chai et de Tram Tâu à Yên Bái donnent des fruits de qualité.

La saison des táo mèo tombe aux mois de septembre et d’octobre. Les connaisseurs savent qu’il ne faut pas choisir un grand fruit alléchant mais un petit fruit assez "laid" en apparence.

Malgré son goût à la fois sucré, acide et aigre, ses vertus sont innombrables, par exemple sur l’obésité, la tension artérielle, le rythme cardiaque...

Plusieurs recettes vous permettent de conserver ces fruits et d’en consommer de janvier à décembre. Vous pouvez par exemple macérer les táo mèo dans de l’alcool, en faire de la confiture, les mélanger avec du sucre... Et n’oubliez surtout pas de garder leurs grains ! Ce sont les plus petits fruits qui en comptent parfois le plus.

"Táo mèo" dans sa bonne saison.
 Photo : Trân Thao

Thé Shan Tuyêt

La cueillette des feuilles de thé Shan Tuyêt.  Photo : Trân Thao
Quiconque entend parler de la commune de Suôi Giàng associe tout de suite ses pensées aux forêts couvertes de grands théiers centenaires. Ici, de la cueillette des bourgeons jusqu’au séchage des feuilles et à la transformation du thé, tout est réalisé manuellement. Le produit final doit répondre à la fois à des critères visuels, olfactifs et gustatifs.

Une fois que la saison du thé bat son plein, partout dans la commune, on laisse la nature travailler. Cultivé sans engrais ni pesticides, le thé Shan Tuyêt à Suôi Giàng présente bon nombre de bienfaits pour notre organisme. Une tasse de thé chaque matin nous permet de faciliter la digestion, de réduire les risques de cancer et de nous protéger contre les maladies cardiovasculaires.

Cannelle

Si vous essayez de goûter un morceau d’écorce du cannelier, un goût puissant va envahir votre palais dès la première seconde, puis des saveurs épicée et sucrée persisteront au fond de votre gorge.

Outre le fait qu’on l’utilise comme épice dans la cuisine pour son odeur originale, l’usage de la cannelle est aussi très prisé dans la médecine. Une utilisation régulière nous aide à stimuler la circulation sanguine, à soulager les douleurs musculaires, à traiter les maladies respiratoires comme la toux, le rhume...

Séchage au soleil des écorces.  Photo : Trân Thao

Disposant ainsi de nombreux intérêts, cet arbre de valeur est un moteur pour l’économie de la région et devient un moyen pour les habitants de sortir de la pauvreté. Ainsi, en achetant de la cannelle, vous permettrez peut-être à un écolier de poursuivre ses études ou d’avoir des vêtements chauds pour l’hiver, et vous améliorerez en plus votre santé.

Pousses de bambou

Pousses de bambou séchées. Photo : Trân Thao

À Yên Bái, on ne dénombre pas moins d’une dizaine de types de pousses de bambou comestibles. Selon les recettes, vous pouvez les faire revenir avec du panicaut, les faire cuire à l’eau, les mijoter avec des côtes de porc... Les mets faits à partir de ce légume non seulement vous régaleront mais auront aussi un aspect nutritif. Les bambous sont riches en vitamines A, B1, C, E..., mais contiennent peu de sucre et de graisse.

En dehors de l’image d’un aliment très bon marché, le bambou, connu comme pour être l’une des plantes à la croissance la plus rapide dans le monde, est un des symboles du peuple vietnamien.

Riz gluant de Tú Lê

Le riz de Tú Lê est très apprécié.
Photo : Trân Thao
Différent du riz blanc consommé dans la plupart des repas quotidiens des Vietnamiens, le riz gluant, plus collant et sucré, est souvent utilisé pour les mets traditionnels et les plats festifs tels que le bánh chung (gâteau carré), le xôi (riz gluant cuit à la vapeur), le côm (riz gluant jeune en granules aplaties)... Celui récolté dans la commune de Tú Lê fait toujours l’objet de la convoitise des touristes de passage à Yên Bái. Ces visiteurs désirent ainsi déguster le fruit d’une culture toute spécifique.

Sans avoir besoin d’être accompagné d’haricots verts ou d’eau de coco, la cuisson à la vapeur du riz gluant suffit à relever son parfum. Un paquet de xôi de 5.000 dôngs, bien emballé dans des feuilles de bananier, suffit pour se nourrir toute une journée.

Si vous avez l’impression d’avoir trop de choses à rapporter chez vous après une seule virée à Yên Bái, c’est que la province mérite certainement un autre voyage dans les jours ou mois qui viennent. La sympathie des gens, la diversité des cultures, les paysage stupéfiants, la gastronomie irrésistible… À vous de découvrir tout cela et d’en bénéficier sur place !
 
Doàn Minh Phuong/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.