20/10/2019 06:36
Depuis 2014, des dizaines de cours d’alphabétisation ont été organisés en faveur des habitants du district de Binh Liêu, province septentrionale de Quang Ninh. L’accroissement du niveau d’alphabétisme leur permet de sortir de la pauvreté.
>>Un Vietnamien récompensé pour son projet d’alphabétisation
>>Binh Liêu, idéal pour le tourisme communautaire
>>Le tourisme prend son essor à Binh Liêu

Chiu Phuc Min lors d’un cours d’alphabétisation.

À  la nuit tombée, à peine le repas fini, une vingtaine d’habitants du village de Khuôi Luông de la commune de Vô Ngai se rendent en cours. Les visages sont fatigués, tiraillés par la journée de travail en forêt ou dans les champs. La plupart des participants sont ceux qui subviennent aux besoins de leur famille.

De 7 à 77 ans, les élèves toutes générations confondues s’appliquent à la leçon. Certains amènent même leur enfant scolarisé, pour leur demander de les "aider" lorsque les enseignants posent des questions.

Dans la salle de classe, un homme aux cheveux argentés est absorbé par la lecture. Il s’agit de Chiu Phuc Min, 55 ans, domicilié dans le village de Khuôi Luông. Il est titulaire d’un certificat d’alphabétisation de niveau 1 (équivalent du cycle 1 du système éducatif français), mais il veut poursuivre ses études en niveau 2 (cycle 2).

"Un jour, mon voisin m’a questionné sur le fait que j’étudie à mon âge. Je lui ai répondu qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre", raconte M. Min. Pour lui, les personnes âgées analphabètes devraient toutes apprendre pour élever leurs connaissances et donner l’exemple à leurs descendants.

Auparavant, en raison d’un contexte plus difficile, l’analphabétisme était inévitable. Aujourd’hui, Binh Liêu a beaucoup changé. Plusieurs écoles se sont construites, les routes ont été asphaltées. Il n’y a donc aucune raison pour que les jeunes soient analphabètes.

Chiu Thi Mui, 25 ans, participe à ce cours d’alphabétisation."Une fois, je me suis trompée en conduisant, je me suis rendue dans un autre district car je n’avais pas su lire les panneaux. C’est la raison qui m’a poussé à venir à ce cours", partage Mme Mui.

Une prise de conscience encore timide

Le fait que les parents soient analphabètes entraîne une faible conscience sociale qui affecte grandement leurs enfants. En effet, au collège-lycée Hoành Mô de la commune homonyme, les enseignants doivent se rendre sur place pour encourager les élèves à retourner à l’école. En effet, beaucoup de parents ont un faible niveau d’éducation, et pensent que "les travaux champêtres ne nécessitent pas d’étudier". Quand leurs enfants sont grands, bien qu’ils n’aient pas terminé leurs études secondaires, ils sont encouragés à abandonner l’école pour travailler.

Afin d’ouvrir ces cours d’alphabétisation, le Centre pour la formation professionnelle et continue du district de Binh Liêu a coopéré avec les chefs des villages. L’occasion de faire ensemble le point sur le nombre d’analphabètes quels que soient leurs âges, dans le but de les inciter à venir y participer. Hoàng Thi Phap, membre du cours d’alphabétisation du village de Ban Làng, est très fière que sa fille ait réussi le concours d’entrée à l’Université des affaires intérieures de Hanoï. Encouragée par les efforts de sa fille, elle a décidé aussi d’apprendre.

Selon les responsables des communes du district de Binh Liêu, les cours d’alphabétisation ont permis de faire prendre conscience aux habitants de l’importance des études. Cette année, quatre élèves de Binh Liêu ont remporté le premier prix du concours des meilleurs collégiens au niveau provincial.

Concrétiser ses rêves

Un cours d’alphabétisation dans le village de Ban Lang, commune de Vo Ngai.

Loan Van Sân, domicilié au village de Ban Lang, envisage de créer une ferme avicole. "Ce cours d’alphabétisation me permet de lire des livres sur les techniques d’élevage et de plantation des forêts", informe-t-il. Dans la commune de Dông Van, Hoàng Thanh Hai et Loan Van Chuong, après avoir suivi un cours d’alphabétisation, ont participé à une formation sur la construction. Depuis, ils ont créé un groupe de constructeurs à Dông Van permettant de créer des emplois pour 10-15 travailleurs locaux. Parmi eux, la plupart ont suivi des cours d’alphabétisation organisés par le district de Binh Liêu. 

Ces enseignements ont permis d’ouvrir les esprits des habitants en facilitant la diffusion des politiques du Parti et de l’État. Une façon de mieux sensibiliser les locaux à la diminution de la pauvreté et à l’édification d’une vie civilisée. En 2014, selon les statistiques du district de Binh Liêu, le nombre d’analphabètes âgés de 15 à 60 ans s’élevait à 2.306 (soit 11,6%). En 2018, il n’y en avait plus. En 2019, le district a organisé 11 cours de niveau 2(équivalent aux 4e ou 5e classes) en faveur de 200 personnes des communes de Huc Dông, Vô Ngai, Dông Tâm et Dông Van. D’une durée de six mois, ces cours sont  gratuits. Les élèves ont également bénéficié d’aides pour l’achat des fournitures scolaires.
 
Texte et photos :
Huong Linh - QN/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Fête de la gastronomie populaire au village de Uoc Lê

D’importants potentiels de coopération en matière de tourisme médical Le Vietnam possède un énorme potentiel de tourisme médical qui devrait aider le pays à attirer plus de touristes étrangers, y compris ceux du Japon, a remarqué le professeur associé et Docteur Luong Ngoc Khuê, directeur du Département d'examen et de traitement médicaux.