06/04/2020 23:10
Les arts traditionnels comptent de plus en plus d’adeptes parmi les jeunes qui rivalisent d’initiatives pour le rapprocher du public. D’après eux, le patrimoine artistique ancien est comme une braise qui n’attend qu’un souffle pour s’enflammer à nouveau.
>>Sur le tuông, opéra classique vietnamien
>>Quang Nam : Hôi An ouvre un cours de théâtre classique pour les enfants

Un numéro de hat bôi, le théâtre traditionnel du Centre.
Photo : VOV/VNA/CVN

Ces dernières années ont vu naître de nombreux projets à but non lucratif, menés par des jeunes épris d’art traditionnel. Nés dans les années 80-90, ils ont organisé des ateliers sur le hat bôi, le théâtre traditionnel du Centre, des défilés de costumes de la cour… Ils ont également créé des clubs, des films, des pièces de théâtre valorisant la quintessence de la culture traditionnelle. Leurs aînés, dont Thành Lôc, ne peuvent qu’en être satisfaits.

"Je me réjouis de voir qu’une partie des jeunes chercher à comprendre les valeurs authentiques de l’art traditionnel", nous dit-il. "Je suis vraiment fier d’avoir été invité par certains d’entre eux à participer à leur projet. Ils sont encore plus créatifs que ce que je pouvais imaginer !".

Lors des derniers festivals nationaux d’arts scéniques, les jeunes artistes ont été nombreux et ont laissé de bonnes impressions aux spectateurs.

"Plus j’apprends sur le +tuông+, plus je me passionne pour cette forme de théâtre classique vietnamien", nous confie Trân Kim Oanh, actrice au Théâtre de tuông Nguyên Hiên Dinh, à Dà Nang.

Trân Kim Oanh fait partie de la bonne vingtaine de jeunes artistes que compte le Théâtre Nguyên Hiên Dinh. Son directeur, Trân Ngoc Tuân, se montre particulièrement dynamique. Il s’est rapproché des écoles pour introduire le tuông dans l’enseignement scolaire. Il organise aussi des spectacles en pleine rue.

"Les spectacles de +tuông+ en pleine rue sont à la fois une manifestation artistique et une attraction pour les touristes. C’est aussi notre manière de le rapprocher du public, surtout des jeunes", nous indique-t-il.

Selon Lê Tuân Cuong, metteur en scène au Théâtre national de chèo, l’opéra traditionnel du delta du Fleuve rouge, les jeunes, qui s’amusent à allier tradition et modernité, pourront donner une nouvelle jeunesse à l’art ancien.

"Je crois que les jeunes finiront par aimer les arts traditionnels. Tous les cours que j’ai pu donner aux jeunes me confirment dans cette conviction. Plus ils apprendront, mieux ils comprendront la philosophie que nos ancêtres ont enrichie de génération en génération, une philosophie de vie qui prend sa source dans les rangées de bambou bordant nos villages", affirme Lê Tuân Cuong.

Si la mondialisation favorise la diffusion des arts modernes, elle offre aussi l’opportunité de faire la différence à celles et ceux qui savent valoriser les arts de leurs ancêtres. Et si tradition rimait avec originalité.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vivre vert, nouveau mode de vie chez les jeunes Vietnamiens

Hôi An parmi les trois meilleures villes du monde en 2020 La ville de Hôi An, province centrale de Quang Nam, a été nommée dans la liste des 10 meilleures villes 2020 par le magazine américain de tourisme Travel and Leisure.