13/12/2020 08:00
Depuis longtemps, la vie des femmes de minorités ethniques est limitée aux tâches domestiques. Désormais, nombreuses sont celles qui s’extraient de cette destinée tracée d’avance. Rencontres avec quelques-unes dans des localités montagneuses du Nord.
>>Libérer le pouvoir d’agir des femmes d’ethnies minoritaires
>>Aider les femmes d’ethnies minoritaires à s’émanciper

Bàng Thi Lan, de l’ethnie Dao, vit dans le village de Sung, commune de Cao Son, district de Dà Bac, province de Hoà Binh, au Nord. En 2017, elle a décidé de convertir sa maison en homestay, proposant des séjours chez l’habitant.

Bàng Thi Lan, de l’ethnie Dao, vit dans le district de Dà Bac, province de Hoà Binh, au Nord, prépare des lits pour accueillir les visiteurs logeant chez elle.


Sa demeure est en mesure d’accueillir jusqu’à 20 personnes, ce qui lui rapporte plusieurs dizaines de millions de dôngs par an. Depuis qu’elle s’est lancée dans cette activité, elle vit donc plus confortablement. "Dans le passé, nos modestes revenus venaient des activités agricoles. Cela a changé depuis que nous avons commencé l’accueil de touristes. Notre niveau de vie s’améliore et aujourd’hui, malgré quelques difficultés, nous sommes satisfaits de notre choix", déclare-t-elle.

"Je pense que nous, les femmes des minorités ethniques, quand nous décidons de faire quelque chose, nous parvenons à atteindre nos objectifs", affirme fièrement cette femme Dao.

Des reconversions profitables

Ces dernières années, une série de localités montagneuses du Nord sont devenues des destinations de choix pour les touristes vietnamiens et étrangers. Un grand nombre d’entre eux optent pour un séjour chez l’habitant. C’est la raison pour laquelle les homestays fleurissent dans la région. Dans plusieurs de ces localités, les femmes sont devenues des actrices importantes du développement local. Elles participent à toutes les phases : construction des logements, préparations des repas, présentations des traits culturels de leur ethnie...


Les femmes de l'ethnie Dao Tiên à Hoà Binh présentent l'art de la broderie traditionnelle aux touristes vietnamiens et étrangers. 


"Les femmes assument bien leur rôle. Dans toutes les activités socio-économiques, elles montrent qu’elles travaillent bien et pas moins que les hommes", affirme Dào Van Vu, vice-président du Comité populaire du district de Trùng Khanh, province de Cao Bang.

Un exemple dans cette province s’appelle Ngoc Thi Ngon. Début 2017, cette femme de l’ethnie Nùng, vivant dans le hameau de Lung Niêc, commune de Dàm Thuy, dans le même district que le précédent, a rénové sa maison afin d’accueillir les premiers touristes. Avec le souhait d’améliorer ses revenus, elle a décidé de se lancer dans le homestay.

"Quand j’en ai parlé à mon mari, il a été extrêmement surpris par mon idée. Petit à petit, je l’ai convaincu. Bien sûr, nous avons rencontré pas mal de difficultés parce que nous sommes la première famille ici à s’être lancée dans ce domaine. Construire le logement, acheter les équipements, préparer les repas… tout cela n’est pas facile", partage Ngoc Thi Ngon. Mais, "nous espérons que notre vie va changer grâce au modèle de séjour chez l’habitant. Et ce qui est très important pour nous, c’est que nous avons l’occasion de rencontrer des gens venant de tous les coins du Vietnam et de l’étranger, de présenter les sites touristiques de Cao Bang, et de Trùng Khanh en particulier, et de valoriser la culture Nùng à travers les plats traditionnels par exemple", ajoute-t-elle.

Des formations
pour ces actrices du changement


Ces dernières années, plusieurs projets ont été déployés dans le but d’aider les femmes à se prendre en main et à gagner en indépendance mais aussi à trouver un équilibre dans les rapports d’autorité au sein du foyer. Parmi ces projets, celui intitulé "Renforcement des moyens d’existence et de la position des femmes des ethnies minoritaires via le tourisme communautaire" dans cinq communes dans le district de Bac Hà dans la province de Lào Cai (à savoir Ban Liên, Ban Phô, Ta Van Chu, Thai Giang Phô et Tà Chai) en est un exemple notable. Il fait partie du programme "Promouvoir l’égalité des sexes en améliorant l’efficacité économique dans la production agricole et le développement du tourisme (Gender Responsive Equitable Agriculture and Tourism -GREAT)" déployé dans les deux provinces de Lào Cai et Son La et financé par le ministère australien des Affaires étrangères et du Commerce.

Celui-ci a été réalisé par le Centre de développement de l’économie rurale (CRED) durant la période 2019-2021. "Il offre l’opportunité de développer le secteur touristique du district tout en contribuant à améliorer les conditions de vie des habitants, à protéger l’environnement ainsi qu’à préserver l’identité culturelle de la communauté. Grâce à ce projet, les femmes des ethnies minoritaires, essentiellement Tày et H’mông ont un rôle plus dynamique dans la collectivité et participent d’avantage aux activités sociales de leur village", fait savoir Thai Huyên Nga, responsable du projet du tourisme communautaire du CRED.


Vàng Thi Thông (centre), de l’ethnie Tày, vivant dans le district de Bac Hà, province montagneuse de Lào Cai, au Nord, prépare des plats réservés aux visiteurs logeant chez elle.


Outre un soutien financier, le CRED propose des formations de cuisine, d’accueil des touristes et d’anglais. Beaucoup de femmes ont eu l’occasion de participer à ce projet significatif et elles sont heureuses d’avoir une nouvelle voie pour échapper à la pauvreté.  "Je me sens plus confiante depuis ma participation aux activités touristiques communautaires. Grâce au projet déployé par le CRED, nous avons eu l’occasion de sortir de nos maisons pour prendre part à ces formations qui nous ont aidés à acquérir des connaissances indispensables. Et autre point essentiel, le projet met en contact les familles avec les agences de voyages qui leurs envoient des clients et leurs permettent de se faire connaître hors du district", confie Vàng Thi Thông, de l’ethnie Tày vivant dans le district de Bac Hà.

"Nous apprécions hautement le rôle et la participation des femmes aux projets du tourisme communautaire. Ce sont elles qui aident les touristes à mieux comprendre les éléments culturels traditionnels de leurs ethnies", confirme Hoàng Van Khoa, vice-président du Comité populaire du district de Bac Hà.

Les localités montagneuses du Nord sont en plein essor touristique. Les visiteurs s’y rendent pour y découvrir la nature, apprécier les paysages montagneux et en apprendre plus sur les particularités culturelles des minorités ethniques. Elles offrent non seulement des séjours chez l’habitant mais s’efforcent aussi de diversifier leurs services en formant des guides touristiques locaux ou en organisant des représentations artistiques, dans le seul intérêt de la communauté locale et des voyageurs.

Les femmes d’minorités ethniques, avec leurs familles, contribuent pour une large part à développer le tourisme communautaire et surtout à améliorer la physionomie de ces localités reculées du pays.

 
Texte et photos : Phuong Mai/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

Le festival Têt Viêt 2021 s’est ouvert à Hô Chi Minh-Ville Le festival du Têt Viêt 2021 (2e édition) a été inauguré en soirée du 21 janvier au parc Lê Van Tam, à Hô Chi Minh-Ville, dans une ambiance bon enfant, avec au menu de nombreuses activités spectaculaires et commerciales d’accueil du Nouvel An lunaire, qui approche à grand pas.